Archives de Catégorie: Voyages

Retour dans la ville des corsaires

J’ai abandonné mes filles et les ai laissées à la charge de l’Homme pendant 2 jours pour me rendre à un oral de concours en Bretagne. Petite parenthèse nostalgique dans une ville où j’ai vécu bébé. J’ai revu et reconnu la plage où j’allais me promener quasi-quotidiennement. J’ai revu mon ancienne maison mais ne l’ai pas reconnu. J’ai passé quelques heures sur la plage de mon enfance et y ai mangé une galette et une crêpe. J’ai revu Saint Malo près de 30 ans plus tard.

Saint Malo est une ville plutôt jolie, mais je comprends mon père qui a eu du mal à s’y faire. Il y a un truc que nous ne connaissons pas dans le sud, du moins pas de façon aussi dense : le brouillard. Un brouillard épais, presque une purée de pois qui tombe aussi rapidement qu’il se lève, mais qui prodigue une atmosphère toute particulière.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Saint Malo est une petite ville où tout le monde porte des marinières et des cirés. Pour les cirés, j’ai compris pourquoi, même quand il fait super beau et qu’il n’y a pas un nuage dans le ciel, l’atmosphère est humide, et puis personne n’est à l’abri du brouillard. Dans les boutiques sont donc vendues des marinières, les très célèbres Saint James, Armor lux, Petit Bateau, et même Comptoir des Cotonniers et des imitations made in China. Se vendent également comme des petits pains, les fameux cirés jaunes et les bottes de pêcheurs en caoutchouc pour aller ramasser les coquillages à marée basse. J’ai failli craquer pour la Puce et la Mini, avant de me rappeler, qu’elles en possèdent déjà. Je ne suis pas fille, petite-fille et arrière-petite-fille de marin pour rien. Je voulais en ramener une à l’Homme, qui lui n’a pas son pull marin ni sa marinière, mais pourquoi m’encombrer dans l’avion, d’un poids supplémentaire alors qu’il y a ces mêmes boutiques chez moi, avec moins de choix et dans un cadre différent, je vous l’accorde.

Cependant au hasard de mes déambulations anti-stress / décompression, je suis tombée sur une boutique que je ne connaissais pas et qui m’a interpellé : LOSTMARC’H, l’apothicaire des océans. C’est une marque de parfum et de soins naturels fondé par Antoine Vuillermet, issu d’une famille de parfumeur de Grasse et de grand-parents installés dans la presqu’île de Crozon. Le créateur de la marque a crée ces parfums pour se remémorer les odeurs de son enfance. Cela m’a fait penser à moi, qui allait renifler les odeurs « provençales » chez L’Occitane, lorsque je vivais en Autriche. J’ai craqué pour une miniature de Aôd, soit le souvenir d’une balade sur la plage.aôd

J’ai bien aimé également Aël-Mat,le souvenir d’une balade dans la lande.aël-mat La vendeuse m’a fait tester la crème hydratante Aôd sur la main et malgré plusieurs lavages de mains, l’odeur a tenu jusqu’au soir. La texture est fluide, agréable et pénètre rapidement. Et c’est sans Parabens, sans huiles minérales, sans propylène glycol et sans phtalate. Après plusieurs tests pendant quelques jours du parfum, il tient bien, ne vire pas et reste agréable jusqu’au soir. Les prix sont tout à fait corrects pour des produits de qualité. Il y a même un coffret découverte de miniatures de parfums 5ml pour 32 euros. Il y a des boutiques à Rennes, à Saint Malo et à Paris et, de nombreux revendeurs en Bretagne, à Paris, mais aussi en Allemagne, aux Pays-Bas et en Californie, et si vous n’habitez pas dans une de ces contrées, il y a internet.

http://www.lostmarch.fr/

Publicités

1 commentaire

Classé dans Beauté, Ma vie de Maman, Voyages

Marseille 2013 capitale européenne de la culture

Mon article aurait pu s’intituler : Marseille capitale européenne du crime, mais il aurait été légèrement racoleur, et je ne suis pas une journaliste d’investigation, ni même journaliste. C’est pourtant le métier que je voulais faire pendant de nombreuses années lorsque j’étais adolescente, jusqu’à ce que je fasse un stage au sein d’une rédaction et que je découvre l’envers du décors … Ensuite j’ai voulu faire grand reporteur / reporteur de guerre, puis je suis allée à la fac et là j’ai découvert la recherche et des matières qui ne servent à rien mais qui m’ont passionné ( l’histoire culturelle, l’histoire des idées, la grammaire théorique et la linguistique). Tout ça pour finir professeur en collège et lycée !

Bref ma ville natale est la capitale européenne de la culture pour 2013, et ce qui est bien c’est que contrairement au journal régional édition Marseille, qui est sensé être une édition des Bouches du Rhône mais qui se focalise sur Marseille, n’omettant jamais un reportage sur la commanderie mais, oublie délibérément sur la carte météo l’ouest des Bouches du Rhône, les manifestations culturelles ont lieu dans tout le département, car c’est en fait Marseille Provence, capitale européenne de la culture ! On trouvera aisément des expositions ou des spectacles dans le cadre du programme à proximité de chez soi, qu’on habite Marseille ou bien à l’extrémité du département. Il y a plein d’expositions plus ou moins intéressantes pour tous les âges et tous les goûts. Je vous conseille d’aller faire un tour sur le site : http://www.mp2013.fr/ afin de découvrir l’actualité et de ne rien rater de ce qui pourrait vous intéressez.

Et si on passe par Marseille, on n’oublie pas le musée de la mode de Marseille et sa fabuleuse collection de vêtements.

Poster un commentaire

Classé dans Sans catégorie parce qu'on ne peut pas tout mettre dans des cases, Un peu de culture, Voyages

J’ai 388 mois !

J’ai 388 mois et j’aime toujours autant Petit Bateau. petit bateau

Leurs cotons sont à mon sens les meilleurs du marché, ceux qui résistent le mieux à de multiples lavages, qui ne rétrécissent pas à 60°C, et qui durent, durent, presque éternellement. Pour vous dire la Mini porte du Petit Bateau qui a 30 ans ! Leurs vêtements sont réellement taillés et adaptés aux enfants. Ils sont résistants et plus confortables qu’à la mode. Pas de soucis de « Non, je ne veux pas mettre ce pantalon, il me serre, je ne peux pas faire le grand écart ! Et puis la taille basse me gêne, quand je joue et que je me penche, on voit ma culotte ! » Dixit la Mini, du haut de ses 4 ans et demi.

J’ai 388 mois et ne suis pas née de la dernière pluie. En ce moment, malgré l’approche des fêtes de Noël et notre surconsommation raisonnée, les marques font tout pour nous faire littéralement craquer: des promos par ci et des réductions par là, des soldes privées, bref on nous soumet à la tentation. Au départ, on se dit « Chouette avec toutes ces promos, je vais moins dépenser pour Noël ! », mais en fait c’est tout le contraire. Face à ces prix si attrayants, on se met à acheter un peu plus que ce dont on a  besoin, parce que ce n’est pas cher. On se dit même que finalement, cela ne crèvera pas le budget puisqu’on a fait des économies dans les cadeaux … Il n’en ai rien, généralement on a plus dépensé et explosé le budget initialement alloué. On en vient même à oublier la crise et penser que celle-ci à du bon. Mais en fait tout augmente à Noël, sauf nos salaires. Mais cette année, mon compte en banque étant plus proche de la banqueroute que jamais, je ne me ferais pas avoir ! Héhéhé …

J’ai 388 mois et je sais être forte. Enfin il y a des moments où j’ai quand même besoin de craquer un bon coup pour me ressaisir. Il y a des moments où je trouve la vie très dure, injuste, et où j’ai l’impression que le sort s’acharne sur moi et que je ne m’en sortirai JAMAIS. J’ai souvent cette terrible impression que toutes mes décisions raisonnées et mûrement réfléchies ne sont pas les bonnes. Non pas que je nourrisse des regrets mais, souvent, je regrette mes décisions. Cependant, dès que je m’en remets au sort ou que j’agis de manière impulsive, chose assez rare chez moi, il n’y a pas pour autant de bons augures … J’ai de la chance dans mon malheur, paraît-il,  ça pourrait être pire, il vaut mieux voir le côté positif des choses, même si celui-ci est parfois, souvent , quasi toujours, assez minime. « Un jour ta chance tournera, tu ne peux pas rester éternellement dans cette situation ! », me dit-on, oui mais quand ? Parce que moi, je me bouge depuis des années pour faire évoluer ma situation et rien ne change.

J’ai 388 mois, je suis enceinte et j’adore Shalimar, que je déteste normalement.

shalimar

Allez savoir pourquoi, ce parfum qui m’est d’habitude si désagréable, se révèle actuellement être si doux et agréable à mon nez, que je prends vraiment plaisir à bouger ma tête et mes mains rien que pour sentir ses effluves les jours où je le porte. Il me plait tellement, que je l’économise, il faut dire que je n’ai que des échantillons. Il me plaît tellement que je le porte en parfum doudou, il vient de détrôner Un jardin en Méditerranée.  Il a un côté désuet et classique, il date de 1925 et, fut crée par Jacques Guerlain. Il a un côté spécifique et reconnaissable entre tous, comme tous les Guerlain. Il est d’un chic intemporel. Le nom Shalimar fait référence à un jardin indien, actuellement classé au patrimoine mondiale de l’humanité par l’UNESCO : » Les Jardins de Shalimar, créés sous l’empereur Shah Jahan en 1641-42, sont des jardins moghols où se superposent les influences persanes et les traditions médiévales des jardins islamiques, témoins de l’expression artistique moghole à son apogée. Le jardin moghol se compose d’un mur d’enceinte, d’éléments et d’allées au tracé rectiligne et de vastes pièces d’eau. Les Jardins de Shalimar s’étendent sur 16 hectares et s’étagent sur trois terrasses qui descendent du sud vers le nord. Ils sont de plan régulier, clos par un mur d’enceinte crénelé en grès rouge, découpés en parterres carrés sur les terrasses inférieures et supérieures, et en massifs allongés sur la terrasse intermédiaire, plus étroite ; dans ce décor végétal, d’élégants pavillons équilibrent des plantations harmonieusement concertées de peupliers et de cyprès dont le feuillage se reflète dans les vastes pièces d’eau.« 

jardin et porte de shalimar à Lahore

J’ai longtemps trouvé qu’il sentait la cocotte, et je l’associais aux vieilles dames, à mes grand-mères, mais en fait, ce parfum s’adapte à la peau de la femme qui le porte. Il a un côté chaud-froid, grâce à l’association de notes extrêmement enivrantes et douces, qui ne sont pas écoeurantes grâce à des notes plus acidulées qui viennent les calmer.La vanille douce et sucrée, l’exotique et fort patchouli, le boisé de l’encens, la discrétion hespéridée et poudrée de l’iris et du jasmin, la fraîcheur de la rose et l’acidulé du citron et de la bergamote, en font un parfum énigmatique et sensuel.

1 commentaire

Classé dans Beauté, Ma vie de Maman, Mode, Un peu de culture, Voyages

Vous prendrez bien une petite dose de charbon ?

Avec l’Homme et la Mini, nous avons décidé de faire un petit voyage dans le temps en nous rendant d’Anduze à Saint-Jean du Gard avec le train à vapeur des Cévennes. Pour plus de pittoresques, nous avons pris la locomotive à charbon. Sa fumée noire, son odeur particulière, son ronron, confortablement installés sur les banquettes en bois d’un wagon ouvert, sous une chaleur typiquement méditérannéenne, nous voilà parti pour une petite quinzaine de kilomètres à parcourir en 40 minutes; traversant à plusieurs reprises le Gardon, longeant des habitations pas si isolées que ça et quasi toutes pourvues de piscine, traversant les forêts de châtaigniers, chênes verts, croisant quelques figuiers, un voyage pittoresque qui donne un bel aperçu des magnifiques vallées cévenoles. C’est donc légèrement noircis par la fumée que nous avons terminé notre voyage. Si l’envi vous dit de découvrir cette magnifique région classée au patrimoine mondial par l’UNESCO : http://www.trainavapeur.com/

Mes cheveux ont également pris leur dose de charbon. Je vous parlais la semaine dernière et celle d’avant de mon envie d’aller chez le coiffeur, et bien c’est chose faite. Je ne ressemble plus à Barbie, j’ai foncé mes cheveux, sans demander l’avis de quiconque, car tout le monde m’aurait dit de rester blonde. Je suis donc devenue blonde foncée pour les coloristes et donc châtain doré pour le commun des mortels. Moi j’aime, même si je n’ai plus de blush adapté … Je m’y suis donc rendue avec la Mini, ne pouvant attendre la rentrée des classes. Chose incroyable, la Mini fut sage. Elle a aussi eu droit à sa coupe de rentrée, et semblait très fière avec sa blouse noire sur le fauteuil. Le Mini me trouve très jolie avec ma nouvelle « peinture » dans les cheveux mais, est un peu angoissée à l’idée qu’on ne me reconnaisse pas à son école. « Moi Maman, je sais que c’est toi, mais mes copains et copines, ils ne te reconnaîtront pas car tu n’as plus les mêmes cheveux et, la maîtresse c’est pareil ! Il faudra bien que tu leurs dises que tu es ma Maman ! »

Poster un commentaire

Classé dans Beauté, Ma vie de Maman, Sans catégorie parce qu'on ne peut pas tout mettre dans des cases, Voyages

Du 2 juillet au 23 septembre, visiter Arles autrement …

Avec un tel speudo, je ne pouvais pas ne pas parler des rencontres d’Arles de la photographie.

Les rencontres d’Arles sont un évènement majeur dans le monde de la photographie. D’abord parce qu’Arles possède la seule école nationale supérieure de la photographie de France et puis, parce que vous pouvez y admirer 50 expositions de photos de plus d’une centaine de grands et moins grands photographes. Le festival fut fondé par un enfant du pays, Lucien Clergue mais aussi par l’écrivain Michel Tournier et l’historien Jean-Maurice Rouquette. L’an dernier il a accueilli plus de 84 000 visiteurs ! Le festival a pour habitude d’investir les lieux patrimoniaux de la ville ,  alors si vous voulez découvrir Arles autrement, allez doublement vous cultivez à Arles cet été. Pour plus de détails sur ce qui vous attend :

  • Musée Réattu, Christian Milovanoff

  • Eglise de frères prêcheurs, Amos Gitai

  • Palais de Luppé, SFR jeunes talents

  • Galeria Arena, Michel Toulemonde

  • Salle Henri Comte, Alexandra Catière

  • Eglise des Trinitaires, Grégoire Alexandre

  • Hôtel d’Arlatan, olympus exposition

  • Espace Van Gogh, rez de chaussée Documents pour une information alternative, centre national des arts, 1er étage Manequin, le corps de la mode, Galleria, musée de la Mode de la ville de Paris. Allez les filles passionnées par la mode, ne râtez surtout pas cette expo. Plus de renseignements ici : http://www.rencontres-arles.com/A11/C.aspx?VP3=CMS3&VF=ARL_709_VForm&FRM=Frame:ARL_794#/CMS3&VF=ARL_709_VForm&FRM=Frame:ARL_827

  • Cloître Saint Trophime, les affiches Alinari et la syntaxe du monde ( hommage à Italo Calvino)

  • Palais de l’archevéché, collection Jan Mulder

  • Eglise Saint Blaise, Sylvie Ballhause

  • Couvent Saint césaire, contrejour, une affirmation française, Claude Nori

  • Musée départemental Arles antique, Brigitte Bauer et un laboratoire des premières fois, les collections de la société française de photographie

  • Parc des Ateliers : De très nombreuses expositions aux Bâtiments de la formation:  (des clics et des classes, objectif photo: le paris des enfants, et regard sur les 20 ans de l’AFEV), mais aussi à l’atelier des Forges,

à l’Atelier de la Mécanique, à la grande Halle et au Magasin Electrique. Plus de détails ici :

http://www.rencontres-arles.com/A11/C.aspxVP3=CMS3&VF=ARL_100_VForm&FRM=Frame:ARL_118#/CMS3&VF=ARL_100_VForm&FRM=Frame:ARL_501

Pour plus de festivités, depuis huit ans, le festival investit aussi les rues d’Arles, les premiers soirs de la semaine d’ouverture, avec des projections des différents acteurs de la presse, magzines, agences et collectifs de photographes sur quatorze écrans répartis dans toutes la ville.

Alors si vous avez décidé de partir en vacances en Provence faites un petit tours par Arles, pour une fois qu’il s’y passe quelque chose de vraiment intéressant, en plus ce n’est pas loin de la mer et de la plage 😉

Poster un commentaire

Classé dans Sans catégorie parce qu'on ne peut pas tout mettre dans des cases, Un peu de culture, Voyages

Vällkommen till Fjällbacka !

Oyez oyez fans de Camilla Läckberg, les éditions acte sud organisent un jeu concours à l’occasion de la sortie de son nouveau roman, La Sirène. Vous avez du 28 juin au 28 juillet 2012 pour répondre à trois petites questions super simples et tenter de gagner un long week-end en Suède à Fjällbacka, charmant petit village de pêcheurs de la côte ouest, où se situent les intrigues des romans.

http://www.actes-sud.fr/

Et comme un scoop n’arrive jamais seul, une série télé basée sur ses romans, mais avec d’autres intrigues, est en cours de tournage. La série est produite par la société Tre Vanner qui produit également l’excellente série Wallander. Sa diffusion en France est prévue pour 2013. Je me languis, je me languis …

Dans ce sixième opus, Erica est enceinte de jumeaux et va fouiner dans le passé d’un écrivain à succès. Celui reçoit des lettres de menace anonymes depuis un an et semble lier à la mystérieuse mort d’un de ses amis. Patrick est bien sûr chargé de l’enquête mais Erica mènera également la sienne de son côté sans rien dire à son mari.

La Sirène est parue depuis le 6 juin 2012 et est trouvable chez tous les bons libraires pour 23,50 euros.

Poster un commentaire

Classé dans Sans catégorie parce qu'on ne peut pas tout mettre dans des cases, Un peu de culture, Voyages

Nos vacances de Heidi dans la montagne !

Cet été, nous avions prévu de partir fin août dans les Alpes autrichiennes, dans le Tyrol oriental plus précisément, entre les alpes autrichiennes et les dolomites italiennes, je voulais dormir en Autriche mais avoir vu sur les Dolomites italiennes. Je voulais revoir l’Autriche et accessoirement entendre un peu parler allemand correctement. Je vous entends déjà, « si tu veux entendre de l’allemand, ne va pas à la frontière italienne », mais dans le haut-Adige, on parle allemand, voilà, je n’étale pas ma culture mais c’est une région autonome d’Italie, où la langue officielle est l’allemand. Nous voulions aller dans l’Ötztal, vous savez où l’on a trouvé Ötzi, cet homme préhistorique congelé dans les glaces. Je voulais le rencontrer, ce n’est pas tous les jours qu’on peut-être face à un homme préhistorique, sachant qu’il repose au musée de Bolzano et qu’il est maintenant visible du public.

 Ötzi

Fichier:Clothes of Ötzi, Naturhistorisches Museum Wien.jpg

J’avais donc trouvé une  » almhütte », chalet d’alpage à louer à environ 2000m d’altitude, à un prix correct et avec un confort assez désuet ( électricité grâce à des panneaux solaires, eau de source, chauffage et cuisine au poele à bois …), bref des vacances à la Heidi. L’Homme et moi-même ayant été bercés par le dessin-animé, nous sommes très excité à l’idée de vivre un peu les aventures de cette héroïne, même si Heidi vit en Suisse mais on ne va pas chipoter et regrouper son mode de vie à tout l’arc alpin, car c’est le même dans toutes les Alpes, ne soyez pas plus puristes que moi. La Mini a elle aussi découvert les aventures d’Heidi et on se dit que ça ne peut que lui plaire. L’Homme se montre très enthousiaste à l’idée de passer des vacances qui nous couperaient du quotidien et de la vie moderne. Des vacances écolo, un peu Bobo certes, mais, on a un potentiel bobo, enfin sans le côté bourgeois du compte en banque bien fourni, mais un jour qui sait on sera riche… On s’imagine déjà avec la Mini passer une dizaine de jours dans cet environnement idyllique, coupé de la civilisation, faisant un break total, profitant de la nature de la haute montagne et de paysages à couper le souffle. Le rêve ne fut cependant que de courte durée, puisque le lendemain de ma trouvaille, je recevais un courrier me signifiant que mes allocations chômage prenaient fin. Un revenu en moins fait mal au budget, en même temps, nous sommes habitués car même lorsque je travaillais, j’avais toujours des problèmes de paiements durant l’été et nous devions toujours faire avec nos maigres économies et le seul salaire de l’Homme. Un peu inquiet, l’Homme me dit qu’il va travailler plus pour pallier à ce manque et demander une augmentation. Il a obtenu son augmentation. Première réjouissance, de quelques secondes, car qui dit augmentation, dit pas de vacances! Les vacances sont donc remises à plus tard. Tant pis, on partira aux vacances de la Toussaint, quand j’aurai de nouveau un salaire et que l’Homme pourra poser des congés, car personne ne veut partir pendant les vacances de la Toussaint. en même temps qui voudrait partir quand il fait froid et qu’il pleut, à la Toussaint où que vous soyez, le temps est toujours pourri !

Je continue cependant d’espérer de pouvoir partir en vacances grâce à un don du ciel, je vais aller faire brûler un cierge, on ne sait jamais, et garde ma bonne trouvaille de vacances pour une prochaine fois. Voilà, je passerai mes vacances dans le sud de la France où je vis déjà, sans grand dépaysement. Je profiterai de la plage au petit matin, quand la horde de touristes écrevisses cuve ses excès de la veille. Nous braverons les moustiques, pour aller nous rafraîchir le soir, quand cette même horde se refait des anti-corps dans les restaurants douteux du bord de mer. Je profiterai du grand jardin bucolique de mes parents qui ne veulent toujours pas de piscine et qui n’auront encore pas monter l’auto-portée que j’ai acheté pour chez eux, l’avantage, il faut toujours voir le bon côté des choses, c’est que lorsque j’aurai un jardin, j’aurai déjà une piscine quasi neuve. Vivant en appartement, je pense bien aller un peu squatter chez eux l’histoire de changer un peu d’environnement et d’air, même si ce n’est à qu’à 70 km. Bon je ne vais pas me plaindre, on a prévu de se faire quand même un week-end prolongé quelque part, l’histoire de nous dépayser et puis on ne sait jamais ce que la vie nous réserve …

Poster un commentaire

Classé dans Ma vie de Maman, Un peu de culture, Voyages