Archives de Catégorie: Sans catégorie parce qu’on ne peut pas tout mettre dans des cases

il est presque question de marmites et de soupes

Il y a quelques temps, je me plaignais de ridules autours des yeux, d’un teint un peu terne, j’étais à la recherche de lumière autour de mon visage. Pfeufff, c’était sans savoir ce que me réservait l’avenir, un teint froissé et marqué dès que je suis fatiguée, que mes nuits sont trop courtes ou que mon alimentation n’était pas très équilibré, et des rides! De vraies rides autours des yeux, de vraies rides profondes bien installées qui apparaissent lorsque je ris ou souris. Manque de bol, je manque d’ailleurs de bols dans tout les sens du terme, je suis un vrai chat noir et je n’ai plus de bol pour les petit-déjeuners, enfin je me disperse, revenons à mes sillons, j’aime rire et sourire. Malheureusement je ne sais que sourire avec mes yeux. Oui, je souris avec les yeux, je contracte mes zygomatiques, qui font remonter mes pommettes déjà très/trop ( à choisir en fonction de mon acceptation de moi du moment) saillantes et là : drame, les petits ruissellements se sont transformés en ruisseaux. Je pourrai ne pas sourire, ou ne pas rire, mais cela me rendrait fortement moins sympathique, et j’ai toujours misé sur mon côté sympa. Je n’enseigne pas la matière qui a la réputation d’être la plus cool, pourtant la majorité des germanistes sont des gens très fun, dans les pays germanophones, on sait vraiment faire la fête et déconner, pour lâcher un peu la soupape de tant de sérieux et de rigueur. J’enseigne à la pseudo élite du collège, je suis moi-même issue de la pseudo élite, et comme l’allemand est une langue rigoureuse, je suis très exigeante et n’accepte pas « l’à peu près », voilà pourquoi je dois être souriante.

Cela ne date pas d’hier, ni d’aujourd’hui, j’ai toujours pensé que je ne devais pas miser sur mon physique, par complexe idiot, car parait-il que j’ai le ratio taille-hanches idéal, et que les hommes préfèrent en fait les blondes, je n’invente rien, j’ai entendu ça lors d’une conférence de psychologie cognitive retransmise sur France Culture qui s’intéressait au mécanisme de la séduction, mais moi j’ai toujours pensé que je n’étais pas celle que l’on regarde; et comme en plus je suis une « pseudo »-intello, qui a toujours eu tendance à tout intellectualiser, _je ne vous raconte même pas comme j’ai « kiffé », comme dirait mes élèves le jour où j’ai découvert la sociologie, et les autres sciences humaines au lycée, on pouvait presque tout expliquer !_ il fallait que je me montre au moins souriante et que je rigole de bon cœur aux blagues pas forcément marrante des autres. La fille de capitaine et de prof de maths se devait de ne pas être snob. Une autre fois, je vous parlerai du poids du milieu social. Peut-être mes rides viennent-elles de là: trop de timidité et de manque de confiance en moi.

Le paradoxe, mais je ne suis que paradoxe, est lorsque j’étais belle mignonne et mince et que je n’en avais pas conscience, je m’en fichais un peu, résignée à être autre chose, je cherchais juste à être intelligente, ou du moins à prouver que j’étais intelligente. Maintenant que je ne suis pas plus intelligente, mais que j’ai la reconnaissance de mes pairs, et de petits êtres en construction pour qui je ne suis que piliers de savoirs, j’aimerai bien être « un peu » belle, parce que je commence à me faner, ou alors c’est la crise de la quarantaine qui débute avec quelques années d’avance.

Mais ils paraient que c’est dans les vieux pots que l’on fait les meilleures soupes …

Aller demain après-midi, je n’ai pas cours, je file à la pharmacie, m’acheter un contour des yeux défroissant, lissant et qui promet de me donner un regard frais et lumineux, parce qu’il parait aussi que le regard est hyper important, en plus des cheveux, des seins, des fesses, du ratio taille-hanches, … Faudrait pas que l’Homme me fasse une crise de la quarantaine, surtout qu’il vient lui d’avoir 40 ans, et qu’il parte avec une plus jeune et plus fraîche.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Ma vie de Maman, Sans catégorie parce qu'on ne peut pas tout mettre dans des cases

Ca faisait longtemps !

Ca faisait longtemps que j’avais envie de revenir écrire ici, et écrire tout court. Happée par une vie trépidante ( voiture, boulot, dodo), une vie sociale intense, par mille projets plus fous les uns que les autres (créer des patrons à partir de modèles canons trop chers pour ma bourse de petite prof certifiée, tricoter une couverture bébé en 3, ranger la pièce débarras pour en faire ENFIN le bureau-chambre d’amis et déménager l’actuel bureau-chambre d’amis pour y installer la Mini, entretenir un jardin, la maison, lire, etc), par deux morveuses et un homme ne pouvant vivre sans moi, j’avais petit à petit délaissé ce moyen d’expression. Lentement je suis allée, comme beaucoup de blogueuses vers instagram, mais autant je peux passer trop de temps à zieuter sur Insta, et me frustrer et, me trouver trop moche, trop nulle et pas stylée, autant je n’ai pas vraiment accroché et jamais trop publié, pas assez de textes à mon goût, trop de superficialités.

Ca faisait longtemps que vous chers lecteurs vous vous demandiez si j’avais enfin fini ma quête du fond de teint parfait (toujours pas), si les Nenettes étaient toujours aussi vives (oui ), si notre vie de famille était toujours aussi comique (en réalité, elle est épuisante, l’art du récit …), si j’étais toujours aussi indécise, dépensière (choisir c’est renoncé et je suis tenace), accro au shopping ( s’il n’y avait que le shopping…), si l’Homme était toujours aussi mince et nonchalant ( et bien il a pris un sacré coup de vieux, on en reparlera prochainement #smileydiablotin), si j’avais enfin perdu mes kilo de grossesse ( yessssssssssss!!!, au bout de 4 ans, il était temps #quileutcru), …

J’ai donc décidé de rependre ma bulle égocentrique virtuelle, parait que c’est bon pour l’équilibre psychique.

2 Commentaires

8 octobre 2017 · 7 h 13 min

Sinon à part ça, je lis

Derniers coups de cœur littéraire en date: la bâtarde d’Istanbul d’Elif Shafak et le livre du Roi d’Indridason.

Aucune réelle découverte pour ces deux auteurs, puisque je les avais déjà lus et fortement appréciés auparavant, mais quel bonheur de me plonger dans ses livres et de m’évader de mon quotidien.

Dans le premier, il est question d’identité arménienne, d’identité musulmane et surtout d’identité turque. L’évocation du génocide a valu une condamnation à l’auteure, mais il est aussi question d’histoires de femmes et de leur vie. La nourriture occupe une place centrale dans le roman, elle lie les différents protagonistes entre eux et est tout un symbole évocateur et criant lorsque l’on sait que c’est la dernière chose qui est transmisse de la culture d’origine. C’est prenant, c’est bien écrit, très bien documenté, c’est riche d’idées, c’est un beau reflet de la Turquie d’hier et d’aujourd’hui que je ne connais pas, mais que j’aimerai connaître, et l’on comprend mieux que la Turquie est finalement très européenne. Attention ce livre donne faim !

IMG_20150520_111008

Dans le second, il est aussi question d’identité. Un vieil universitaire embarque un jeune doctorant dans un fol périple afin de retrouver le trésor des islandais « le livre du Roi« , récit de l‘Edda poétique, trésor national islandais et rare vestige de la culture viking / scandinave païenne, tout cela sous fond de lendemain de seconde guerre mondiale, de communisme grandissant et oppressant, et de plaies d’occupation nazi non pansées, et réouvertes par des « fantômes » du passé. Le roman se lit facilement, un peu comme un bon roman policier, spécialité de l’auteur. On est vite embarqué par les aventures rocambolesques des 2 protagonistes qui deviennent attachants.

IMG_20150523_102301

Et sinon j’ai aussi lu, La piste mongole, que je n’ai pas aimé. J’ai eu beaucoup de mal avec l’onirisme de ce livre, les voyages dans les rêves m’ont ennuyé, je n’ai pas vraiment tout compris (je suis un peu basique comme fille), mais ce livre peut plaire. Ne serait-ce que pour rentrer dans cette culture chamanique, vous pouvez tenter de vous plonger dans le tohu-bohu des steppes.

IMG_20150523_102312

Il y a aussi eu Meurtre chez les magdaléniens, plutôt original de part son contexte historique, l’histoire se déroule il y a 15 000 ans, à la préhistoire. On s’attache assez vite aux personnages, surtout aux femmes, qui semblent sensibles et plus réfléchies que les hommes.  On plonge littéralement dans le mode de vie de nos lointains ancêtres, et là réside le plus grand intérêt de ce livre, car l’enquête policière n’a rien d’exceptionnelle, j’ai assez rapidement trouvé les raisons du meurtre et le meurtrier.

IMG_20150520_111133

Poster un commentaire

Classé dans Sans catégorie parce qu'on ne peut pas tout mettre dans des cases, Un peu de culture

Call me Madame please !

J’en ai raz le chignon de me faire encore appeler « mademoiselle ».

1. Je n’en ai plus l’âge. J’ai 34 ans, mes premières rides d’expression, le corps d’une venus protohistorique (j’adore cette expression que je suis peut-être la seule à utiliser). Je veux bien faire un peu plus jeune que mon âge, mais là, faut pas pousser Mamé dans les orties (elle n’apprécierait pas). Je suis aussi crédible en « mademoiselle » qu’une actrice hollywoodienne des années 90 qui joue une ado ! C’est dire …

2. Vous n’avez rien vu là ? Si si, regardez d’un peu plus près descendez, là, à ma gauche, oui sur ma main gauche qui ne cesse de s’agiter lorsque je parle, sur mon annulaire, (comme c’est étrange) les deux trucs brillants là, oui avec les reflets changeants suivant la lumière, les bagues typiques de la femme mariée : le solitaire et l’alliance, en plus ils ne sont pas discrets. Voilà, ce truc qui fait qu’on reconnait une femme mariée d’une célibataire, elle porte une ALLIANCE !

3. Parfois s’en devient carrément vexant. Etait-ce de la flatterie mal placée ou bien l’idée que je suis trop laide, non désirable, ou que j’ai l’air d’une pauvre fille à chats,  pour être mariée ?

4. Regardez mon état civil, il est écrit un autre nom d’abord, oui je n’ai pas 3 noms pour le plaisirs, j’ai un nom composé, mon nom patronymique et ensuite mon nom d’usage, vous comprenez le mot usage, cela signifie que j’ai choisi de prendre celui de mon mari, parce que je suis mariée, donc une Madame !

4. Pour information la bienséance actuelle veut que toute femme majeure soit appelée « Madame » et nul n’est censé ignorer la loi.

 

1 commentaire

Classé dans Ma vie de Maman, Sans catégorie parce qu'on ne peut pas tout mettre dans des cases

i leb noch !

Contrairement aux apparences, je suis toujours en vie, même si parfois je me demande ce qu’il m’arrive, je n’ai plus toujours l’impression d’être moi, pour preuve, j’ai hésité à acheter une paire de ballerine cendrillon Repetto à 50 euros, parce qu’elles étaient vernis bleu gitan, que je voulais des nudes en chèvre ou éventuellement des camels en veau nappa. Même la Mini m’a dit « Maman, elles sont trop belles, prends les, comme ça tu auras des roses et des bleus ! » Oui voilà des roses et puis une paire de bleu vernis et pas de rose clair, ni de camel, et avec quoi vais-je mettre les bleus ? Et avec tout le bleu que je porte si ce n’est pas le même bleu est-ce que ça ira ? « Bon Maman, tu les prends tes chaussures ? » L’impatience de la Mini m’a rappelé que j’étais là pour lui trouver une robe ( que l’on n’a pas trouvé), et pas pour réfléchir à des ballerines pour moi. Je suis repartie, mais elles m’ont trotté dans l’esprit tout le week-end, et au fur et à mesure que j’y pensais, plein d’idées d’association me venaient, et au fur et à mesure que j’ouvrais mon placard à chaussures, je regardais mes ballerines rouges très fatiguées, me persuadant, et montrant à l’Homme, que cet achat ne serait pas du tout superflu. Mardi j’y suis retournée, mais comme m’a dit la vendeuse « Il ne me restait qu’un 38 et même si la couleur n’est pas de cette année, des Repetto cendrillon à 50 euros au lieu de 190 euros, ça ne reste pas !  » Il n’y a qu’un esprit fatiguée, embrumée et perdue pour émettre une quelconque hésitation face à une telle affaire.

Je suis donc très fatiguée, mais personne n’en doutait, j’ai des tonnes d’exemples qui le prouve mais celui-ci est celui qui m’a le plus affectée, me serais-je oubliée ? Il ne manquerait plus que je sorte avec une marinière mise devant-derrière, ah non c’est fait ça aussi, je ne vous raconte pas l’hilarité de la Mini quand elle l’a découvert … Mes vacances ont été bénéfiques, je me suis reposée, je n’ai pas récupéré, mais, j’ai eu une vie : je suis allée manger au restaurant, j’ai fait les magasins pour le plaisir, j’ai regardé des films et même des trucs nuls et débiles à la TV, je suis allée au théâtre, j’ai tricoté sur mon canapé, j’ai bu du thé, je me suis occupée des nénettes, j’ai bricolé,  j’ai trouvé le temps d’aller chez le médecin pour moi, bref j’ai fait des choses simples mais je les ai faites une par une, en prenant le temps de les apprécier.

Craquerai-je / résisterai-je :

et parce qu’après m’être sevrée du brillant, j’y reviens doucement, et que j’ai toujours aimé les babies … lio argent 195

Poster un commentaire

Classé dans Mode, Sans catégorie parce qu'on ne peut pas tout mettre dans des cases

Welcome 2014 (déjà )

2014, ma date de naissance commence fortement à s’éloigner de l’année en cours … Je vieillis, pourtant je me sens encore de première fraîcheur. J’ai même l’impression qu’hier j’étais encore une étudiante pleine de rêves et d’avenir (mais là, la réalité ou la crise m’ont rattrapé,) Depuis 8 ans, je suis une femme active, il y a 15 ans j’obtenais mon bac, bref je commence à dater, sans être ( encore) périmée.

Tous les matins devant la glace, je constate pourtant les dégâts du temps qui passe. Ma trousse à maquillage a changé, sûrement dû au fait que maintenant j’ai 2 enfants et un chat qui m’empêchent d’avoir un sommeil réparateur, et un peu beaucoup le temps qui passe. Maintenant les nuits blanches se lisent sur mon visage. Gel contours des yeux, serum lumière et crème anti-âge sont mes meilleurs alliés, fini le temps où un peu de crème hydratante suffisait à me rendre belle, fini aussi le temps où un regard smoky ( ma marque de fabrique durant plus d’une décennie) me magnifiait le regard en le rendant mystérieux, bonjour les fards à paupières nude qui éclairent le visage ( ce qui me permet de terminer mes palettes entièrement pour une fois), et bonjour les rouges à lèvres aux couleurs bonne mine.

Petite, chaque nouvelle année était pour moi géniale parce que je me disais toujours que j’allais prendre un an de plus et donc grandir. Maintenant, je commence à me dire Verdammt ! ( je jure en allemand, c’est plus chic), je vais ENCORE prendre un an de plus et me rapprocher à grand pas de l’âge fatidique, l’âge de la pré-ménopause, l’âge où tout bascule, j’exagère un peu mais j’ai toujours pensé qu’à partir de cet âge on devenait vieux, vu qu’une grossesse est considérée comme tardive à partir de cet âge : 35 ans !

Pas de résolutions pour 2014 de ma part, je ne les tiens jamais, pas de souhaits spécifiques, je suis résignée, ou fataliste.

Poster un commentaire

Classé dans Ma vie de Maman, Sans catégorie parce qu'on ne peut pas tout mettre dans des cases

Noël est un jour presque comme les autres

Noël est un jour sont des jours de surconsommation( Noël ne dure pas un jour, Noël dure bien plus longtemps) :  overdose de volailles, de crustacés et autres coquillages ( qui ne demandaient sûrement pas à être mangés vivant ou à être ébouillantés), qui vous donneront à vous aussi le foie gras et des putains de kg en plus trop que vous mettrez au moins un mois à éliminer. Vous regretterez d’avoir picorer des chocolats le soir devant la tv ou l’après-midi avec votre café, mais maso que vous êtes, l’an prochain vous recommencerez parce que les chocolat de noël sont trop bons, et ils ont un goût qu’on ne retrouve qu’à Noël, oui ma petite dame, c’est une spécialiste es cacao qui vous le dit. Les réserves, il parait que ça tient chaud, et que plus on est gros plus on brûle des calories, donc si l’on garde la même activité physique, on devrait en dépenser plus et donc brûler toutes ces calories ? Mon raisonnement est plus qu’hasardeux, mais l’on se console comme l’on peut. L’Homme a pris 4 kg, l’Homme est mince et a une très bonne constitution, je ne monterai pas sur la balance à mon tours.

Noël est aussi le jour béni des enfants, celui où ils croient en l’impossible dans notre société capitaliste: un vieil homme en rouge fait fabriquer par des hommes de petites tailles au physique ingrat des millions de jouets dans un pays au climat hostile pour les enfants sages du monde entier ! Finalement à bien y regarder le père Noël est lui aussi très capitaliste !

Mais Noël ce n’est pas que les cadeaux au pied du sapin, et l’exploitation des lutins, Noel c’est aussi le partage, la joie d’être avec les siens, de se retrouver en famille, le bonheur de décorer sa maison, de bien s’habiller ( la fashionnista qui vit en moi y pense dès les vacances de la Toussaint, la simplicité de vouloir faire plaisir aux siens. Mais en ce jour de partage, je pense toujours à ceux qui n’ont personne, parce que je trouve le fait de se retrouver seul le soir de Noël vraiment triste, mais j’ai un sens de la tribu très développé. L’esprit de Noël, c’est aussi voir la chance que l’on a, l’apprécier et pour une fois arrêter de se plaindre et savourer le moment présent, car chaque instant est toujours éphémère et on ne sait jamais ce que l’avenir nous réserve.

Poster un commentaire

Classé dans Sans catégorie parce qu'on ne peut pas tout mettre dans des cases