Archives de Catégorie: Cuisine

Le galaktoboureko ne connait pas la crise

Dans mon frigo traînait de la pâte à filo, j’ai toujours de la pâte à filo dans le frigo au cas où une envie de strudl me prenne, mais il faisait trop chaud pour un Apfelstrudl, et comme c’est toujours une galère pour trouver l’équivalent du Topfen, pour le topfenstrudl, ( entre fromage blanc et fromage de campagne, en gros une sorte de brousse de lait de vache mais plus onctueuse), je me suis donc dit que j’allais faire un galaktoboureko ! Une bombe calorique grecque mais tellement bonne …

Il faut mieux faire le galaktobouriko, c’est comme la mayonnaise, quand on sait ce qu’il y a dedans, on hésite à se resservir.

Ingrédients :

  • 250g de pâte à filo
  • 1,25 l de lait
  • 200g de semoule fine ( avec de la floraline ça marche aussi)
  • entre 250g et 300g de sucre (selon si vous aimez les desserts sucrés ou très sucrés)
  • du citron ( moi je l’ai fait avec de la fleur d’oranger, je ne sais pas si c’est très grec mais je n’avais plus de citron et j’adore l’eau de fleur d’oranger )
  • du beurre, beaucoup de beurre
  • 3 jaunes d’œufs
  • de la cannelle
  • du miel ( 2 très grosses cuillères à soupe)
  • 250 ml d’eau

Préparation:

Dans une casserole à feu doux, portez à ébullition le lait et ajouter en pluie la semoule et le sucre. Remuez. Ajoutez le jus de citron (ou l’eau de fleur d’oranger). Prenez soin de toujours remuer ( comme pour la béchamel) afin que le mélange n’accroche pas. Quand le mélange obtenue ressemble à une crème pâtissière, retirez du feu et ajoutez les jaunes d’œufs préalablement battus. Mélangez et réservez.

Faites préchauffer le four à 200°C, beurrez un grand moule à gratin et mettez-y la moitié de la pâte à filo que vous badigeonnerez de beurre fondu feuille par feuille ( étape hyper importante).

Versez le mélange précédemment obtenue. Rajoutez le reste de pâte à filo, sans oublier le tartinage de beurre fondu sur chaque feuille. Humidifiez le dessus et laissez cuire environ 50 mn.

Pendant ce temps, préparez le sirop. Faites chauffer l’eau avec de la cannelle et du miel ( ou du sucre, mais le miel donne un goût spécial) On peut remplacer la cannelle par du jus de citron mais moi je l’aime bien avec de la cannelle.

Lorsque la chose est cuite, inondez de sirop. Laissez reposer à température ambiante puis quelques heures au frigo.

Dégustez froid.

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Cuisine

Magalistorte (bis)

Dimanche, nous avons fêté l’anniversaire de la Puce. L’Homme m’a proposé d’aller commander un gâteau chez le pâtissier, mais il était hors de question que je ne lui fasse pas son premier gâteau d’anniversaire. Faisant toujours les gâteaux d’anniversaire de la Mini, je ne vois pas pourquoi la Puce n’y aurait pas droit elle aussi !  Au départ, je voulais faire des cupcakes à l’orange avec une crème au chocolat, mais l’hypermarché du coin ressemblant à un supermarché d’union soviétique *: des rayons vides sans grand choix, je dus adapter ma liste de courses et changer mes plans ! Il me fut impossible de trouver des petits papiers pour réaliser mes cupcakes, et je n’eus pas non plus le choix sur la marque du chocolat pâtissier, et tout le monde connaît l’importance de la qualité des ingrédients en ce qui concerne la réussite d’une recette … Légèrement énervée, et à court d’idées, je décidais donc de faire une valeur sûre, le gâteau que je réussis à tous les coups et qui fait TOUJOURS son petit effet: la Magalistorte ou le pim’s géant, comme le nomme Frérot. Cette fois-ci, j’ai mis de la marmelade d’orange et TOUT le monde s’est régalé, même les plus petites 😉

IMG_20140330_155221 IMG_20140330_155226

* Je n’ai jamais mis les pieds en URSS, mais théoriquement je peux dire que j’ai connu l’URSS et le communisme, puisque je suis née avant 1990. J’ai l’impression d’avoir connu l’URSS par procuration. On m’a raconté cette période et ces pays mystérieux où il était difficile d’aller et où votre voyage était hautement surveillé. D’abord mon père qui s’y rendait régulièrement pour son travail, nous rapportait du délicieux caviar, et tout un tas d’objets « exotiques », des livres de contes ( en français) qui ont bercé mon imagination de petite fille, des histoires de princesses, de sorcières, d’ours ou de loup, de neige, de paysans musiciens …. J’ai cohabité un an avec une estonienne de mon âge et ai rencontré des jeunes certes de mon âge mais qui ont grandi sous le joug du communisme. A l’université, alors que la majorité de mes copines ne juraient que par l’Allemagne, je choisis de m’intéresser à la Mitteleuropa et d’éclaircir mes interrogations de petites filles sur les mondes slaves et, le communisme.

Poster un commentaire

Classé dans Cuisine, Ma vie de Maman

In the mood for Christmas

Esprit de Noël es-tu là ? Maintenant oui, depuis que ce mercredi nous nous sommes attelées, avec les nenettes à la lourde tâche de la décoration du sapin de Noël et de la fabrication de petits biscuits de l’avent. Une bonne journée bien rempli qui me fait dire qu’il faut que je me bouge et que je finisse mes cadeaux de Noël !!! J-12

O Tannenbaum, o Tannenbaum ...

O Tannenbaum, o Tannenbaum …

Le sapin n’est pas parfait, mais il faut bien que je laisse la Mini participer et mettre elle-même les décorations, j’arrive à sélectionner les couleurs pour éviter le sapin trop coloré mais je ne peux pas non plus trop la brider, elle me le reprocherait plus tard.

Biscuits à la noisette

Biscuits à la noisette

Recette super simple, en gros il vous faut: de la poudre de noisettes ( 200g) , du beurre ( 100g), un blanc d’oeuf, du sucre (70g), un peu de farine (2 cuillères à soupe) et une pochette à douille ( ça change la vie pour faire de beaux biscuits bien ronds). On mélange le tout et on laisse cuire sur une plaque 10 minutes au four.

IMG_20131211_164204

Biscuits au cacao

IMG_20131211_163920Faits cette fois-ci avec des emporte-pièces, et 100g de beurre, du cacao (il faut que le mélange soit bien noir), 100g de sucre, de la farine jusqu’à obtenir une pâte (un peu comme une pâte à tarte). On étale la pâte au rouleau à pâtisserie, sans oublier de mettre de la farine dessus pour ne pas que la pâte colle et qu’elle se détache, et on crée des formes avec les emporte-pièces. On laisse cuire 10 minutes sur une plaque au four.

Et on déguste !!!

2 Commentaires

Classé dans Cuisine

De mère en fille

Avec la Mini, nous avons instauré qu’un mercredi sur deux serait consacré à la réalisation de pâtisserie, cela va du simple et toujours bon gâteau au yaourt à des préparations plus compliquées. Pendant les vacances, on se lâche un peu plus et on ne se limite plus aux mercredis, tous les jours sont permis. La semaine dernière, nous avons donc réalisé un Apfelsutrudl à ma façon, mais fortement inspiré de la recette traditionnelle. Comme je suis super gentille, et qu’il a fait l’unanimité à la maison, même l’Homme l’a apprécié, je vous donne « ma » recette.

Ingrédients:

  • de la pâte à filo
  • beaucoup de beurre ( environ 75g)
  • 5 grosses pommes
  • du sucre semoule
  • du sucre glace
  • 1 verre de lait
  • de la cannelle
  • normalement il faut aussi des raisins de Corinthe mais l’Homme n’aimant pas je n’en mets pas.

Préparation:

  • Préchauffer le four à 180°C
  • Faire fondre le beurre. Mettre sur une grande plaque allant au four la moitié de la pâte à filo, en prenant soin de badigeonner chaque feuille de beurre.
  • Eplucher les pommes, les couper en petits morceaux et les étaller sur la pâte. (C’est aussi là qu’on met les raisins secs) Attention à laisser un espace sur les bords pour pouvoir fermer le gâteau. Saupoudrer de cannelle, puis de sucre.
  • Couvrir avec le reste de pâte à filo en badigeonnant chaque feuille de beurre. Bien fermer les bords, si vous avez bien badigeonné de beurre, la pâte ne doit faire plus qu’une sur les côtés.
  • Arroser de lait. Laisser cuire au four 30 minutes.
  • Saupoudrer de sucre glace et déguster tiède accompagné d’un peu de chantilly ou d’une boule de glace à la vanille.

La Mini fut très heureuse de faire ce bon gâteau avec moi et comme toujours m’a dit que nous étions de bonnes pâtissières. Elle m’a également demandé si c’était ma Maman qui m’avait appris à faire ce gâteau. A ma réponse négative, elle m’a demandé si c’était ma Mamé, toujours une réponse négative, ma Mami, encore négatif. La Mini fut surprise, souvent je lui explique que c’est ma mère ou une de mes grand-mères qui m’ont appris telle ou telle recette. « Mais qui t’as appris à faire ce gâteau alors ? » Ce sont mes copines lorsque j’étais en Autriche, lui ai-je répondu. La Mini fut étonnée trouvant cela un peu étrange. Je lui ai donc expliqué, qu’on apprend beaucoup de ses parents, mais aussi des endroits où l’on va et des gens que l’on rencontre. Maintenant que je lui ai appris, elle pourra peut-être elle-aussi l’apprendre à ses enfants et leur dire que c’est sa maman qui lui a appris, et de là naîtra un tradition familiale. La Mini s’est sentie toute fière.

2 Commentaires

Classé dans Cuisine, Ma vie de Maman

Memento à moi-même

Ne pas oublier que je ne digère pas le pavot.

Avant hier, au supermarché, j’ai acheté une baguette au pavot. Pas une baguette saupoudrée de quelques graines de pavot, une baguette remplie de graines de pavot qui crépite sous la dent. Au vue de la farine de couleur légèrement grisâtre, il devait même y en avoir dans la farine. « Lecker ! Lecker! » me suis-je exclamée, me rappelant les Mohnstrudel autrichiens. Je suis donc rentrée toute contente des courses. J’en ai pas mal mangé, d’abord au repas du soir, au petit-déjeuné avec du beurre et trempée dans mon chocolat, toujours très chocolaté, à midi en accompagnement de ma salade, au goûter parce que j’ai eu une petite faim. Le pavot qui a un léger goût de noisette se marie divinement bien avec le chocolat. Tout va bien, le repas du soir suivant se passe, sans pavot, il n’en restait plus, j’avais tout mangé. Je vais me coucher puis soudain, je suis prise de violent maux de ventre, pliée en deux, les mains et le corps tremblants, le teint blafard. L’Homme prend peur, s’inquiète, m’emmène un cachet de paracétamol avec un verre d’eau, me voyant me tordre de douleur. Aucun de nous ne comprenons ce qu’il m’arrive, nous avons pourtant mangé la même chose. J’ai bu un verre de vin corse, l’Homme une bière, mais ça ne peut être la faute du rosé de l’île de beauté, mon père ne s’en remettrait pas. Je suis prise de spasmes, j’ai envie de vomir sans pour autant avoir la nausée. J’ai l’impression que mon ventre va éclater, que mes viscères ne résisteront pas. J’ai mal, je souffre. Je ne peux plus bouger. D’un coup j’ai l’illumination ! Le pavot, voilà pourquoi je n’en mangeais plus en Autriche, ça me rendait malade. Une copine m’avait d’ailleurs expliqué que si l’on n’a pas été habitué à manger du pavot dans l’enfance, il est très dur à digérer. Il faut juste que ça ne me sorte plus de la tête !

mohnstrudel

mohnfeld-im-waldviertel-

Poster un commentaire

Classé dans Cuisine, Ma vie de Maman

La tradition du 18 mai

Le 18 mai, n’a rien d’exceptionnel sauf pour moi, et pour la Mini, parce que c’est son anniversaire. Chaque année, je lui fais son gâteau d’anniversaire, c’est une tradition que j’ai instauré dont j’ai déjà parlé et qui j’espère se perpétuera dans la famille. Plus tard on se rappellera de moi pour cette raison. Cette année n’échappe pas à la règle, même si la mauvaise mère que je suis abandonne ses filles pour aller enterrer la vie de jeune fille de l’élue du coeur de Frérot, en plus elle n’est sûrement plus une jeune fille, mais bref on s’en fout, c’est une occasion comme une autre de faire la fête entre filles majeures ! Et ça ne se rate pas … Je m’absente cependant juste l’après-midi et la soirée, la Mini soufflera donc ses 5 bougies, déjà, à midi.

Le gâteau de cette année est donc un fraisier au chocolat 🙂

IMG_20130517_140616 IMG_20130517_140604 IMG_20130517_140548

Pour celles ou ceux que ça intéresse la recette est hyper simple à réaliser :

Faire une génoise au chocolat: mélanger ensemble 100g de farine, 50g de cacao Van houten, 125g de sucre, 1 sachet de levure et 3 oeufs, puis mettre dans un moule à manquer et laisser cuire au four 30 min à thermostat 6. La sortir et la démouler dès que c’est cuit. Ne pas oublier de se munir de maniques pour ne pas se brûler les doigts.

Pendant que la génoise cuit s’occuper de laver 300g de fraises et faire la chantilly ( crème fraîche + sucre battus ensemble, au batteur électrique, ça monte mieux)

Couper la génoise sortie du four en deux puis la farcir de chantilly et d’environ la moitié des fraises coupées.

Refermer le gâteau et le couvrir du restant de chantilly et de fraises.

Réserver au frais pendant minimum 6 heures

Manger avec ou sans modération suivant votre appétit !

2 Commentaires

Classé dans Cuisine, Ma vie de Maman

20 décembre 2012 ( veille de la pseudo fin du monde)

Lundi après-midi, après le spectacle de Noël de la Mini, nous avons fait des Plätzchen, exactement des Vanille- und Zimtsterne ( des étoiles à la vanille et, à la cannelle). J’aime l’allemand parce que c’est une langue de feignasse ! Pas besoin de répéter les mots inutilement ni même de les réécrire, si le mot se répète on met un tiret et puis voilà ! On peut également inventer des mots à souhait en rajoutant des préfixes ou suffixes et, donc exprimer sa pensée au plus près, aulieu de faire plein de complément de nom, on colle les mots les uns aux autres pour n’en former qu’un. De plus l’allemand est une langue sans chichi, on parle plus simplement ! Il n’y a qu’à voir les paroles de « mon beau sapin », bien plus simples en allemand qu’en français. La leçon de grammaire simplifiée étant finie, pourtant que j’aime la grammaire et quand je pense qu’on ne peut quasiment pas en faire avec les élèves, c’est d’un frustrant … Passons à des choses plus terre à terre.

Si vous aussi vous avez envi de goûter aux traditions germaniques et de manger des petits gâteaux de l’Avent en voici une recette vraiment très bonne, l’Homme et la Mini les adorent ! L’avantage de mes multiples origines, c’est qu’à Noël, je mélange un peu tout, il y a donc une multitude de traditions familiales culinaires, vraiment très mauvaises pour la ligne et pire pendant la grossesse !

DSCN1020

Ingrédients :

400 g de farine

160 g de beurre fondu

160 g de sucre

2 sachets de sucre vanillé ou de l’extrait de vanille ou de la cannelle moulue

4 cuillère à soupe de lait

1/2 sachet de levure chimique

Préparation : 

Mélanger le beurre fondu, le lait, le sucre et le sucre vanillé/ l’extrait de vanille / la cannelle, dans un saladier jusqu’à obtenir un mélange uniforme.

Dans un autre saladier mettre la farine et la levure.

Faire un puit et y verser le précédent mélange.

Malaxer jusqu’à obtenir une pâte.

Faire une boule et laisser refroidir au frigo pendant 1 heure.

Préchauffer le four à thermostat 7 (180° C).

Sortir la pâte, la laisser un peu se « réchauffer », puis l’étaler au rouleau à patisserie.

Avec un emporte-pièce, faire des étoiles.

Les disposer sur une plaque de four beurrée et farinée / sur du papier sulfurisé.

Faire cuire au four à mi hauteur environ 8 minutes.

Sortir du four, laisser refroidir et déguster pendant tout l’Avent.

Astuces : à conserver dans une boîte métallique.

2 Commentaires

Classé dans Cuisine