Archives mensuelles : novembre 2014

Ce qui devait un jour arriver, arriva …

Je n’en peux plus du glitter, de la paillette ou des sequins, je fais une overdose !

Serait-ce mon éloignement professionnel de PACA la semaine, qui me sèvre ou bien la hipster branchouille qui sommeille en moi « maintenant que tout le monde en a et qu’on en trouve  partout, je n’en veux plus ! » mais j’ai la terrible impression que l’on en met sur tout ce qui peut supporter une micro-paillette ( chaussures, pulls, jupe, robe, pantalon, haut, sac, écharpe, bonnet, sacs, chaussettes, rien n’y échappe !). Le scintillant a envahit le bitume depuis un bout de temps déjà mais là c’est carrément les soirées disco qui déboulent en plein jour. Je fus longtemps une adepte de ce qui brille, il ne faut pas tarir la réputation des filles du sud, je ne vais pas me renier ou changer entièrement de garde-robe, je n’en ai pas les moyens ( et je peux vous dire que des pièces brillantes, il y en a dans mon placard), mais j’ai des envies de plus de parcimonies et de matières plus douces, de tons plus naturels ou de couleur pop qui mettent de bonne humeur et égaille la grisaille qui n’a que trop duré ! Alors la paillette par petite dose oui mais faut qu’elle reste discrète.

Ps: ce week-end, j’ai quand même acheté 2 paires de chaussettes glitter ( une grise rayé argent et une noire avec des étoiles dorés), car je trouve qu’une chaussette originale que l’on aperçoit discrètement entre la bottine et le pantalon, ça peut-être la touche fantaisie sophistiquée sympa.

Et puis celles-là, l’Homme ne pourra pas me les piquer et me les trouer /abîmer, car elles sont trop petites et trop étroites pour ses grands panards d’Homme … éhéhé !

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Mode

Mardi pluvieux mardi studieux

Et pour ne pas changer dans mon petit trou perdu entre les monts d’Ardèche et le Vercors, il pleut ! Oh comme c’est original, ça faisait bien longtemps que l’on n’avait pas eu de pluie …

Je profite donc de ce jour férié pluvieux pour m’avancer au niveau travail et au niveau tricot, et pour boire aussi trop de café et de thé, pour m’éviter de sombrer dans la léthargie, j’en connais une qui va encore bien dormir…

Inutile de vous parler de mon travail, c’est tellement passionnant que s’en devient ennuyeux, le principe du trop. Donc entre le fait d’avoir bouclé une CO ( comprendre compréhension de l’oral ) pour mes 4èmes et une fiche d’évaluation et de compréhension pour mes adorables 3èmes, ( on sent l’ironie), d’avoir réarrangé pour la énième fois ( je ne les compte plus) les séances prévues déjà depuis un bail, je bois un thé, et j’ai décidé de finir cette semaine le pull rose fluo de la Mini en cours qui est devenu un tricot boulet, et aussi parce que j’ai d’autres projets en tête. Tout ça parce qu’encore une fois, j’ai décidé de ne pas suivre le patron , trop simple, j’ai voulu en faire qu’à ma tête. Voilà ce qui arrive quand il faut tout adapter, bidouiller, qu’on prie pour que ça aille quand même, et que l’on n’a même pas la Mini à proximité pour vérifier, ou quand on se trompe et qu’on se rend compte que l’on tricote avec ses aiguilles 5 à la place des 4, voilà pourquoi c’était si lâche, on défait et on recommence le début de manche. Bref j’ai alterné travail, tricot, travail, café, tricot, travail, manger, travail, café, tricot, travail, tricot, thé, et la journée n’est pas finie, mais il n’y aura pas plus de variante. En même temps, il pleut, tout est fermé( mais c’est rassurant de voir que dans les petites villes, un jour férié est encore un jour chômé), et je suis seule dans un « tout petit appartement » comme dirait la Mini en rigolant.

Poster un commentaire

Classé dans Ma vie de Maman