Archives mensuelles : juin 2013

Chérie cherry !

Avec l’arrivée de la chaleur, les cerises sont enfin là. Vive les clafoutis, que je rate à chaque fois, mes clafoutis ressemblent plus à des fars aux cerises. Ce n’est pas que c’est mauvais, je ne voudrais pas me mettre les bretons à dos, c’est juste comment dire, consistant. Il y 3 trucs que je ne sais pas faire en pâtisserie et pourtant je persévère au grand dam de l’Homme et de la Mini qui sont forcés de goûter mes essais culinaires : les macarons, la meringue sur la tarte au citron et le clafoutis, sinon sans me vanter le reste, je le réussis plutôt bien.

Depuis la confection de la Puce, je suis accro à La petite robe noire, si bien que j’ai déjà fini ma bouteille de parfum de 50ml. Oui j’en mets à tout va, mais je vous jure que je ne cocote pas, on m’a toujours fait des compliments à moins que les gens soient polis et hypocrites … La petite robe noire a détrôné Very Irrestible qui avait lui même évincé Coco Mademoiselle, auquel j’étais restée pourtant fidèle pendant 10 ans.  La seule odeur à laquelle, ma fidélité est sans faille est la figue, mon côté méditerranéenne. C’est donc en attendant sagement au comptoir de la pharmacie que la préparatrice aille me chercher pleins d’échantillons pour la Puce, et en souriant bêtement aux mamies s’extasiant devant la Puce (note à moi-même, ne plus aller faire des courses le matin tôt même si c’est plus pratique, trop de mamies dans les rues et dans les commerces) :

« Oh qu’il est beau ! Qu’il a de bonnes joues! « Il mange bien non ? »

_ « C’est elle, c’est une fille…  » Moi un peu gênée.

_ Oh c’est dur à cet âge de les distinguer.

_ Elle porte une robe et du rose

_ Ah oui. Mais qu’elle est belle !

Et la Puce ne m’aide pas, elle ne trouve rien de mieux que de sourire à qui le veut bien. Elle ouvre ses grands yeux marines, observe son interlocuteur et donne son plus beau sourire.

Habituée à ce manège, la Mini me faisait le même coup et pire que tout elle arborait de grands yeux bleus clairs, qui font l’admiration de beaucoup, un oeil sur la Puce, une oreille attentive à ce que l’on me dit, et l’esprit shopping et l’autre œil affûté de la fille tendance, je balaye du regard l’officine à la recherche des nouveautés. C’est ainsi que j’ai découvert la nouvelle eau de toilette Caudalie. Je sens qu’elle va devenir mon eau de toilette pour les chaudes chaleurs. Je m’en suis parfumée le poignet et le soir je sentais toujours. J’ai également fait un court arrêt à la parfumerie, pour aller sentir La petite robe noire en eau de toilette, et ça sent rudement bon.  Fan de cerises, la nouvelle édition d’été d’Escada Cherry in the air n’a pas échappé à mon nez. Une cerise très sucrée, très intéressante, qui m’a séduite car elle me fait penser à une touch de nafnaf que je portais à 14-15 ans. Cherry in the air, a un côté entêtant, très sucré, un peu adolescente qui découvre sa féminité. Ce parfum n’ a rien de subtil, mais sent bon et est très attachant. En plus il tient plutôt pas mal mais il faut avoir la main légère. Je ne sais pas cependant si j’investirai vraiment dans ce parfum, au prix fort sûrement pas, je pense me contenter d’échantillons pour le porter par ci par là, à l’occasion. 

figue de vigne caudalie

cherry in the air

la petite robe noire edt

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Beauté, Ma vie de Maman

« Vous l’attendez avec impatience … »

Voici le titre de la newsletter Bordas, que j’ai reçu ce matin pour m’annoncer la sortie de nouveaux manuels de lycée pour 2014. Cela m’a bien fait rire, car même si j’ai tendance, dans la vie pas sur le blog, à beaucoup parler de mon travail, je n’attends jamais avec impatience un nouveau manuel.

J’attends les soldes ou les ventes privées avec impatience, notamment en ce moment ( cf. l’article d’hier). J’attends également mes rares journées shopping sans les nénettes avec impatience.

J’attends les vacances avec impatience. Pendant celles-ci je me déconnecte de mon travail, je pose mon cartable dans un coin et ne le vide que quelques jours avant la rentrée. Finalement quand on est prof, on ne change pas beaucoup nos habitudes, faut dire qu’on n’a jamais vraiment quitté l’école, on a juste changé de côté. Donc Monsieur ou Madame Bordas, prière de ne plus m’envoyer de newsletter quand je suis en congé.

J’attends le retour de l’Homme avec impatience, telle Pénélope qui attend son Ulysse. Sauf que l’Homme n’est pas parti 20 ans, juste au travail pour la journée et que lorsqu’il revient, il ne se déguise pas pour tester ma fidélité et celle de ses sujets. L’Homme n’a de toutes façons pas de sujets et il n’est pas Roi. J’attends le retour de l’Homme pour pouvoir avoir enfin une vrai discussion. Non pas que je ne parle pas dans la journée, je parle à la Puce mais ses réponses sont encore très sommaires et se résument à émettre deux sons ensembles: [a heu] ou [a reuh]. Je parle à la Mini, les conversations avec la Mini sont également assez répétitives. Il faut généralement lui répéter 5 fois les choses pour qu’elle s’exécute, d’abord normalement et gentillement, lui répéter un peu plus fort au cas où elle n’aurait pas entendu, puis de manière plus ordonnatrice, puis ensuite en élevant vraiment la voix, puis il faut utiliser la menace de la punition, et finir par le combo : célèbre compte à rebours + ton gueulard + menaces+ regard de mère exaspérée qui se contient pour ne pas plus s’énerver. C’est là qu’ENFIN, la Mini fait ce que je lui demande et arrive, parce qu’en général elle est partie se cacher à l’autre bout de l’appart, heureusement qu’il n’est pas grand, elle arrive donc en affirmant très détachée  » houuu ! Pas la peine de t’énerver Maman, j’arrive/ je le fais! »  La petite adolescence, qu’ils appellent ça. Je parle aussi avec les Mamans à la sortie de l’école, mais cela reste sommaires, des banalités sur les enfants, le beau/mauvais temps, toutes sont prises, comme moi par le temps, parce qu’entre la sortie de l’école et le couché tout passe très vite : arrivée de l’école, goûté, puis jeu dans la chambre puis préparation du repas, rangement de la chambre ( il est possible de retourner une chambre en 1 heure, si vous ne me croyais pas, je vous envoie la Mini), puis douche, au milieu de tout ça un biberon à donner à la Puce et une couche à changer, enfilage des pyjamas/chemise de nuit, puis repas et couché. Autant dire que je ne disserte pas sur Nietzsche, donc quand l’Homme rentre, je ne disserte pas non plus sur Nietzsche, mais je peux avoir une vraie conversation d’adulte pendant plus de 10 minutes, une fois que les Nenettes sont couchées, parce que l’Homme a aussi droit à son concert de [a reuh] de la Puce, elle va être bavarde elle aussi, et que la Mini a toujours un million de trucs « hypers intéressants et passionnants » à raconter.

J’attends les nouveaux épisodes de mes séries préférées avec impatience. Souvent ne pouvant pas attendre, je vais m’acheter le(s) livre(s) dont elle(s) est(sont) adaptée(s), trop impatiente de savoir ce qu’il va arriver aux personnages. Ou alors pire que tout, je vais lire des spoilers sur internet. Ainsi, je peux regarder les épisodes suivants de manière plus sereine, car je sais.

Quand j’étais petite j’attendais mon anniversaire avec impatience, tellement impatiente de vieillir, d’avoir un an de plus, d’être enfin « grande », si bien que chaque jour de l’an, je me disais:  » Cette année tu vas avoir X ans ! Super! » Maintenant je regarde les années passées trop vites et je me dis « Punaise, déjà X ans, que je vieillis! ». C’est donc la Mini que je regarde attendre avec impatience Noël, Pâques et son anniversaire et, dans ses yeux, je revois l’émerveillement face aux cadeaux tant attendus et la fierté de se rapprocher un peu plus de l’âge adulte.

Poster un commentaire

Classé dans Ma vie de Maman

Recherche sandales désespérément et vivement les soldes que je renouvelle mon stock de culottes!

Mes sandales préférés sont mortes. R.I.P. mes sandales italiennes avec lesquelles j’ai gravi l’Acropole fin juillet par 40°C. Pour preuve, une photo souvenir nostalgique de la Mini devant le temple tout en haut au sommet avec le drapeau grec en fond flottant, à une époque révolue où la Grèce ne laissait pas tomber en ruine son patrimoine culturel, au début de la crise.

juillet 2010 034

Je les avais acheté juste après la naissance de la Mini, soit il y a déjà cinq années, de belles sandales en beau cuir naturel, souples, cousus mains, faites en Italie,pas trop plates, le problème avec les sandales plates bas de gamme c’est que la semelle est trop fine et le talon inexistant, ce qui n’est pas confortable, pas de la gnognotte. Seulement après les avoir traînés durant 5 longs étés, elles ont fini par rendre l’âme. Ils me faut donc de nouvelles sandales plates, ce qui devrait en théorie me réjouir mais en fait non. Je déteste devoir me séparer d’affaires que j’aime. J’ai cependant fait un petit repérage dans les magasins et je n’arrive pas à arrêter mon choix, vais-je craquer et toutes les prendre ? Sûrement non, ce ne serait pas sérieux et je suis une personne sérieuse. Pourtant toutes me font envie et toutes me conviendraient. Voici ma sélection :

Emu bunberry argent 99e spartoo

Emu 99e spartoo

Classique, ethnique, un brin bling, bref parfaite pour l’été.

minelli soraya 79e

minelli soraya 79e

J’adore celle-ci, le doré va bien à mes jambes  et à ma peau de blonde, le talon fermé et travaillé font que je pourrai même les mettre en septembre pour aller travailler. On n’a pas le droit de chausser des plagettes au travail, ce que l’on interdit en théorie aux élèves s’appliquent aux enseignants, inutiles de dire que cette règle est plus respecté par le personnel que par les élèves…

sandales les tropéziennes argent 45 euros

sandales les tropéziennes argent 45 euros

Très communes, j’en vois tout le temps aux pieds des filles, mais j’aime bien.

les tropéziennes giant 59e

les tropéziennes giant 59e

Elles font très ethniques aztèques, africaines ou même navajos, je ne suis pas sûre que la grosse bande à la cheville mette mes jambes en valeur, mais elles sont sympas.

herisson les tropéziennes 39e

herisson les tropéziennes 39e

La tropézienne culte, que je n’ai pas. Comment ai-je fait pour l’ignorer durant des années. Je suis très en retard sur la tendance, mais il n’y a pas encore prescription alors autant se rattraper. Face à la multitude des couleurs proposée, je ne sais lesquelles choisir.

Soeurette a tendance à acheter ses vêtements un peu petit, et moi un peu grand. Laquelle a tort, sans doute les deux, quoiqu’il en soit, l’avantage qu’elle a eu durant sa grossesse, c’est qu’elle n’a rapidement plus pu mettre ses culottes alors que moi, elle m’ont suivi tout le long. Elles se sont donc agrandies avec moi et maintenant que je commence ENFIN à perdre du poids, elles sont comment dire un peu lâches. Avant de perdre tous mes kilo et de me retrouver avec ma culotte aux chevilles, l’été je porte majoritairement des robes, il va falloir que je renouvelle mon stock, et que j’en profite pour renouveler quelques soutien-gorges … C’est donc avec grande impatience que j’attends les soldes, pour pouvoir refaire ma lingerie à petit prix. J’achète toujours ma lingerie en solde, cela comporte des inconvénients qu’il faut voir comme des avantages : on se retrouve souvent à avoir des problèmes pour créer des ensembles ( il n’y a plus la culotte dans votre taille ou alors c’est le soutient-gorge), mais cela réduit en fait l’offre et il est donc plus facile de se décider entre quelques modèles qu’entre la multitude de modèles et de couleurs que proposent les marques.

3 Commentaires

Classé dans Mode