Archives mensuelles : avril 2013

Retour dans la ville des corsaires

J’ai abandonné mes filles et les ai laissées à la charge de l’Homme pendant 2 jours pour me rendre à un oral de concours en Bretagne. Petite parenthèse nostalgique dans une ville où j’ai vécu bébé. J’ai revu et reconnu la plage où j’allais me promener quasi-quotidiennement. J’ai revu mon ancienne maison mais ne l’ai pas reconnu. J’ai passé quelques heures sur la plage de mon enfance et y ai mangé une galette et une crêpe. J’ai revu Saint Malo près de 30 ans plus tard.

Saint Malo est une ville plutôt jolie, mais je comprends mon père qui a eu du mal à s’y faire. Il y a un truc que nous ne connaissons pas dans le sud, du moins pas de façon aussi dense : le brouillard. Un brouillard épais, presque une purée de pois qui tombe aussi rapidement qu’il se lève, mais qui prodigue une atmosphère toute particulière.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Saint Malo est une petite ville où tout le monde porte des marinières et des cirés. Pour les cirés, j’ai compris pourquoi, même quand il fait super beau et qu’il n’y a pas un nuage dans le ciel, l’atmosphère est humide, et puis personne n’est à l’abri du brouillard. Dans les boutiques sont donc vendues des marinières, les très célèbres Saint James, Armor lux, Petit Bateau, et même Comptoir des Cotonniers et des imitations made in China. Se vendent également comme des petits pains, les fameux cirés jaunes et les bottes de pêcheurs en caoutchouc pour aller ramasser les coquillages à marée basse. J’ai failli craquer pour la Puce et la Mini, avant de me rappeler, qu’elles en possèdent déjà. Je ne suis pas fille, petite-fille et arrière-petite-fille de marin pour rien. Je voulais en ramener une à l’Homme, qui lui n’a pas son pull marin ni sa marinière, mais pourquoi m’encombrer dans l’avion, d’un poids supplémentaire alors qu’il y a ces mêmes boutiques chez moi, avec moins de choix et dans un cadre différent, je vous l’accorde.

Cependant au hasard de mes déambulations anti-stress / décompression, je suis tombée sur une boutique que je ne connaissais pas et qui m’a interpellé : LOSTMARC’H, l’apothicaire des océans. C’est une marque de parfum et de soins naturels fondé par Antoine Vuillermet, issu d’une famille de parfumeur de Grasse et de grand-parents installés dans la presqu’île de Crozon. Le créateur de la marque a crée ces parfums pour se remémorer les odeurs de son enfance. Cela m’a fait penser à moi, qui allait renifler les odeurs « provençales » chez L’Occitane, lorsque je vivais en Autriche. J’ai craqué pour une miniature de Aôd, soit le souvenir d’une balade sur la plage.aôd

J’ai bien aimé également Aël-Mat,le souvenir d’une balade dans la lande.aël-mat La vendeuse m’a fait tester la crème hydratante Aôd sur la main et malgré plusieurs lavages de mains, l’odeur a tenu jusqu’au soir. La texture est fluide, agréable et pénètre rapidement. Et c’est sans Parabens, sans huiles minérales, sans propylène glycol et sans phtalate. Après plusieurs tests pendant quelques jours du parfum, il tient bien, ne vire pas et reste agréable jusqu’au soir. Les prix sont tout à fait corrects pour des produits de qualité. Il y a même un coffret découverte de miniatures de parfums 5ml pour 32 euros. Il y a des boutiques à Rennes, à Saint Malo et à Paris et, de nombreux revendeurs en Bretagne, à Paris, mais aussi en Allemagne, aux Pays-Bas et en Californie, et si vous n’habitez pas dans une de ces contrées, il y a internet.

http://www.lostmarch.fr/

1 commentaire

Classé dans Beauté, Ma vie de Maman, Voyages

Le mal du siècle

« Ne vous inquiétez pas, on a des grandes tailles en réserve. N’hésitez pas à demander », m’a dit la gentille vendeuse. J’ai cru mourir. L’Homme, parce que l’Homme m’a accompagné dans ma virée shopping de samedi après-midi, un samedi pluvieux et froid, où tout Nîmes semblait s’être donné rendez-vous dans les centres commerciaux, l’Homme a donc cru que j’allais me liquéfier sur place. Par grandes tailles, la vendeuse entendait du L et du XL, soit chez IKKS, du 40 et du 42, et en regardant la correspondance des tailles, IKKS a tendance à tailler petit. L’Homme a essayé en vain de me rassurer en m’expliquant devant la vendeuse que j’avais accouché, il y a 3 semaines et que j’allais retrouver mon corps d’avant mais qu’il fallait quand même un peu de temps. Pas la peine de se justifier, mesurant 1m70, je sais très bien que depuis mes 13 ans, je ne rentrerai plus dans une taille inférieure à 36 ou alors je serai très malade. Même lorsque j’étais très mince, ah mes premières années de fac, je faisais un 36/38, j’ai un gros squelette, c’est comme ça. La taille sur l’étiquette, je m’en fous un peu, tant que le vêtement me va et me met en valeur … On peut être « grosse » et ne faire qu’un 40, si l’on mesure 1m50 et mince en 40 si l’on mesure 1m80.  Mais par contre à chaque fois, j’ai une pensée pour les vrais filles rondes, du moins celles qui ont réellement beaucoup de poids en trop. Comment font -elles pour s’habiller ? Parcours du combattant, humiliation quand on doit leur dire qu’on ne fait pas leur taille, frustration de voir des vêtements plutôt sympas qui les mettraient elles aussi en valeur mais dont la marque ne fait pas leur taille, humiliation bis d’aller dans un magasin spécial grande taille / rayon spécial grande taille, comme si elles appartenaient à une secte. Parait-il que la française moyenne fait du 42, cela signifie que beaucoup sont au-dessus et dans les magasins à la mode/ tendance, il n’y que rarement du 44 ou alors un faux 44 qui correspond à du 42 et même parfois du 40. La mode est-elle réservé seulement aux gens minces à l’heure où il n’y a jamais eu autant de personnes en surpoids ?

Dans le Be de mai, ils titrent : « aimer son corps« , ah enfin un magazine qui ne va pas nous culpabiliser de mettre du beurre fermier sur nos tartines du matin, mais quand ils catégorisent Daysie Lowe, Kim Kardashian, Beyonce, Lady Gaga ou Kate Upton de rondes, je pense qu’ils sont encore loin de ce qu’ils racontent. Ok ces filles sont loin de la taille O, mais de là à dire qu’elles sont rondes et les mettre dans ma même catégorie que Beth Dito qui est elle obèse … Alors on serait mince en dessous d’un 38 ou alors ronde, soit grosse à partir de la taille 40 ! Pour moi ces filles sont « normales » si la normalité existe, elle se situe dans la normalité pondérale médicale, ont des formes de femmes et je ne vois pas pourquoi elles devraient faire un régime ou se cacher. Il faut arrêter l’hypocrisie et appeler une fille en grand surpoids « grosse » ou « obèse », une fille qui a des formes féminines naturelles « normale » et arrêter de glorifier la maigreur. La taille 0 ou 34, sur une fille dépassant 1m60 n’est pas normale, sauf certaines morphologies, mais tout le monde n’a pas cette morphologie, et je vous rappelle qu’être trop mince entraîne des carences et réduit l’espérance de vie de 10 ans, comme être trop grosse. Le pire c’est que dans mon métier, je vois des jeunes filles refusaient de manger un bout de gâteau à un goûter, parce qu’elles sont au « régime » alors qu’elles n’ont même pas fini leur croissance. Il y a maintenant dans les classes des filles extrêmement maigres car elles ne mangent quasiment rien et des « grasses » qui elles mangent pour deux et semblent compenser par la nourriture, le fait de ne pas arriver à jeûner  ou le fait de ne pas rentrer dans cette catégorie. Les parents sont sûrement un peu fautifs, mais la société l’est encore plus.

Le printemps étant là et l’été pas très loin, on va nous abreuver de recettes miracles pour avoir un corps de rêve, du régime à la mode, à la méthode couet  » aimez-vous comme vous êtes et vous maigrirez! » Le marché de la minceur est très porteur, d’autant qu’à long terme aucune régime ne fonctionne vraiment. Par expérience, j’ai vu une amie grossir d’année en année, après avoir fait des régimes miracles qui lui faisait perdre un poids record en peu de temps et reprendre pendant la « stabilisation » toujours plus que les kilogrammes perdus. Elle était ronde quand on a passé notre bac et s’est retrouvée grosse à la fin de nos études ( + 30 kg). Aucun régime n’a réussi à faire maigrir ma grand-mère et je l’ai trop vu être malheureuse et complexée parce qu’elle avait du poids en trop. Même si je me plains très souvent de mon poids et que j’aimerai être plus mince, je refuse de faire un réel régime, par peur d’être par la suite pire que ce que je suis actuellement, et puis le poids ce n’est pas tout. Je refuse de n’être qu’un corps, je suis plus que ça. 

Poster un commentaire

Classé dans Ma vie de Maman, Sans catégorie parce qu'on ne peut pas tout mettre dans des cases

Ne pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir achevé, ou comment j’ai crié « Victoire ! » trop vite et me suis bercée d’illusions.

Juste à la sortie de la maternité, j’ai eu la satisfaction de perdre très rapidement mon ventre, et le bonheur de voir que je rentrais dans la moitié de mes jean’s d’avant grossesse. Je faisais ma belle, malgré des cheveux en berne  et des cernes, et me sentais toute puissante. Le hic c’est que j’avais oublié que ces jean’s m’étaient un peu grand avant la grossesse. La donne était faussée mais peu m’importait. Trop fière de ne plus avoir de ventre, je me suis dit que d’ici un mois, j’aurai TOUT perdu:  les kg, la grosse poitrine lourde, la cellulite dans les fesses et les cuisses. Mais rien, trois semaines après l’accouchement et après mes 3 semaines de traitement pour l’inhibition de la lactation, j’ai toujours ma poitrine de grossesse. Moi qui avais peur, de me retrouver de nouveau avec une poitrine moyenne et toute molle, elle est toujours grosse et ferme. Je devrai être contente, si seulement je fermais mes chemisiers et si je n’avais pas l’allure d’une star de téléréalité ( avec 20 kg de plus) lorsque je tente de mettre un t-shirt. Un bonnet E enceinte s’accorde avec le ventre rond mais quand on ne l’est plus, c’est moins harmonieux. Je me plains de ma poitrine mais ce n’est pas la partie de mon corps, la plus amochée. Mes cuisses sont énormes et mes fesses s’accordent malheureusement parfaitement avec ces cuisses celluliteuses. Ma taille est épaissie et même si mes jupes me vont, j’ai l’impression d’être toute droite et elles ne me mettent pas en valeur. Et le comble de l’horreur, ce sont les bourrelets. On dit qu’on oublie la douleur de l’accouchement, sinon les femmes n’auraient qu’un enfant, mais on oublie aussi l’après accouchement et ce corps tout distendu. Le couperet est tombée lorsque je suis allée m’acheter un pantalon noir, pour mon oral et que j’ai du acheter une taille au-dessus de ma taille habituelle ! Trop heureuse de sortir enfin de la maison, sans la Mini ni la Puce dans les pattes ou dans le ventre, j’ai essayé pleins de vêtements, trop heureuse d’avoir enfin été payée, j’avais décidé de faire (un tout petit peu) chauffer la mastercard, trop heureuse du beau temps et de mon nouveau statut de Maman de deux adorables nénettes, j’avais envie de nouvelles tenues, trop heureuse de revoir Saint-Malo, j’avais envie d’un beau pull et d’une jolie blouse, parce que parfois l’habit fait un peu le moine, mais au lieu de tout ça je suis rentrée bredouille et dépitée mais au moins j’ai ouvert les yeux. Fini la joie de redécouvrir l’apéro, le fromage et la charcuterie, ces aliments sont trop gras. Il va falloir que je retrouve le temps de cuisiner sainement, c’est une nécessité pour nos finances et mon état mental.

1 commentaire

Classé dans Ma vie de Maman

Gariguettes,salami, fromage qui pue et chaussures à talons

Les Lumineers en fond sonore, j’adore leur folk, c’est mon côté hippy hérité de ma mère qui me berçait sur fond de Bob Dylan, voici mon repas de midi pendant que la Puce dormait et que la Mini était avec ses grand-parents. Je vous rassure, j’ai quand même mangé des tomates en entrée et du choux de choucroute en plat principal. Drôle de repas, je vous l’accorde mais entre les biberons, il faut faire vite si je veux m’alimenter ! Les tomates en début de printemps, ne m’enchantaient guère mais l’Homme s’est trompé a été trompé en voyant l’écriteau qui disait « origine France », il a cru que les tomates poussaient sous la pluie par 15°C. Je disais que la charcuterie et le fromage ne m’avaient pas manqué pendant la grossesse mais que c’est bon du salami et du fromage qui pue et pique la langue ! Il ne faut cependant pas que j’en abuse car j’ai une ligne à retrouver.

Comme un bonheur n’arrive jamais seul, le premier bonheur étant de remanger du vrai fromage et de la charcutaille, la SECU a ENFIN réglé mon dossier et m’a payé ce qu’elle me devait après 73 jours de retard ! Hourra !

Je peux donc sans scrupules ni frustrations regarder les chaussures … Encore des chaussures, non ce n’est pas une obsession, mais j’ai besoin d’une nouvelle paire pour le mariage de Frérot. Une jolie paire qui aille avec cette robe :

nafnaf

J’aurai une veste noire mais je ne veux pas de chaussures noires, je trouve que c’est trop sombre. J’ai plutôt envie de sandales dans les orangé fluo, et de talons vertigineux. Le problème des talons vertigineux est que je risque d’avoir mal aux pieds ( je me connais) et de peu les porter ( je n’ose pas compter le nombre de paire de chaussures à talons que j’ai, qui dorment dans leur boîte). J’ai donc trouvé la paire parfaite qui répond à toutes mes attentes ( orange fluo, talons pas trop hauts), chez Comptoir des Cotonniers, encore, je devrai y prendre des actions avec tout ce que je leur achète … Mais à ce prix, j’attends des promos, on peut toujours rêver, ou bien d’avoir le temps d’aller faire les magasins pour moi, et pas de courir dans les magasins de bébé entre 2 biberons, pour trouver une paire semblable, ce qui ne doit pas être difficile car toutes les marques font des sandales à brides, reste juste à en trouver dans une couleur sympa s’accordant avec ma robe et avec un talon pas trop haut. sandales comptoir des cotonniers 175 E

1 commentaire

Classé dans Ma vie de Maman, Mode

Ne me détestez pas

Oui ne me détestez pas :

  • Si je rentre dans la moitié de mes pantalons d’avant grossesse alors que j’ai accouché depuis moins de 2 semaines et que j’ai pris 17 kg pendant la grossesse,
  • si la Puce nous fait des nuits de 7 heures,
  • si la Puce est un bébé adorable, hyper facile qui ne pleure pas sans raison.

 

Parce qu’en dépit des apparences, tout n’est pas parfait :

  • on a la poisse avec les administrations, et je n’ai pas touché un kopeck depuis fin janvier.
  • La Mini fait pipi au lit TOUTES les nuits. 
  • J’ai un oral hyper important où je joue mon avenir dans 3 semaines: pas le temps de réviser correctement comme je le voudrais, je suis crevée, je vais devoir laisser mon bébé de 4 semaines pendant 2 jours pour aller souffrir devant un jury qui ne me pardonnera rien et n’aura aucune indulgence, et cela me crève le cœur !

 

2 Commentaires

Classé dans Ma vie de Maman

Ma recette pour avoir bonne mine juste après son accouchement

et s’entendre dire : » vous avez accouché il y a x jours ! Incroyable ! Vous rayonnez et n’avez pas l’air fatiguée ! », alors que vos yeux vous piquent, que vous rêvez de dormir, et que vous n’arrivez pas à faire tout ce que vous avez à faire en une journée !

1. Faire un joli bébé.

Hyper facile car toutes les mamans mettent au monde le plus beau bébé. La nature est bien faite, afin de renforcer le lien maternel entre mère et enfant, une mère trouvera toujours que son bébé est magnifique et en sera hyper fière ! Acceptez avec une fausse modestie tous les compliments que l’on vous fera sur votre bébé et souriez, une personne qui sourit est toujours plus belle.

2. S’équiper avec de bons produits pour le teint et la peau.

Ne négligez pas les soins du visage: soin lumière, revitalisant, crème vivifiante. Faites peau neuve et apportez de la lumière.

3. Se maquiller léger et naturel ( pour avoir l’air parfaite avec 3 fois rien! )

N’en faites pas trop, un maquillage prononcé ne ferait que faire ressortir la fatigue. contentez-vous de vous embellir: un fond de teint léger et lumineux, un fard à paupière naturel et légèrement nacré, du mascara, une touche de blush rosé et un peu de gloss sur les lèvres.

4. Adopter une tenue soignée mais confortable.

Oubliez le pantalon de yoga super pendant la grossesse mais qui ne pardonne rien une fois le ventre rond tout dégonflé. Enfiler un legging pour être à l’aise et une tunique longue et large en coton ou en soie / une robe courte mais quelque chose dans un tissu structuré afin qu’on ne voit pas vos rondeurs molles et disgracieuses.

5. Se coiffer.

Coiffez-vous, pas la peine de faire un brushing mais éviter la pince dans les cheveux, relever vos long cheveux en un chignon flou, faites-vous une/des tresse(s), lissez en vitesse votre carré …

2 Commentaires

Classé dans Beauté, Ma vie de Maman

Kriegerin : guerrière

Kriegerin,  c’est le nouveau film allemand dont on parle. Le portrait d’une jeune neo-nazie de 20 ans qui va finalement revoir ses opinions. Le portrait d’une Allemagne actuelle, bien loin des téléfilms sentimentaux dont M6 ou Teva nous inondent l’après-midi. A l’heure où les allemands n’ont toujours pas digéré leur passé nazie, ils en voient ressortir le spectre. La crise serait-elle encore responsable de la montée des extrémismes ? A voir en VOST.

kriegerin

Kriegerin, c’est aussi une des significations du prénom de la Mini. La Mini a un prénom de guerrière et un prénom germanique. Numéro 2 que je nommerai désormais la Puce a elle hérité d’un  prénom beaucoup plus sage. Elle semble d’ailleurs beaucoup plus facile et très calme. « Etonnant alors qu’elle vient de passer 9 mois dans le ventre d’une excitée! » dixit l’Homme.

Kriegerin, c’est aussi moi qui ait accouché à l’ancienne sans péridurale, ni perfusion de glucose, ni monitoring, juste avec une sage-femme ( à l’hôpital quand même et dans un bloc d’obstétrique). « T’aurais pu accoucher dans les bois et repartir chasser l’ours juste après … » m’a dit l’Homme, car effectivement 2 heures après j’étais sur pied et péter le feu ! Par contre 7 jours plus tard, là j’ai le contre-coup et je me sens super fatiguée ! J’ai cependant apprécié d’accoucher naturellement même si ça fait terriblement mal, la Puce est sortie sans encombre et c’était magique !!! Moment de niaiserie.

Lorsque j’étais sur mon lit d’hôpital, j’ai eu une pensée pour l’héroïne dans Apocalypto, film très délicat de Mel Gibson, et fut en admiration devant cette femme qui accouche en bas d’un trou, sous une pluie battante en essayant d’échapper aux « méchants et sanguinaires », son enfant à ses côtés. Lorsque j’étais sur mon lit d’hôpital, attendant que mon col se dilate et s’efface, la Mini à mes côtés ( ayant perdu les eaux à 2h45 du matin, il a bien fallu qu’on l’embarque avec nous à l’hôpital), j’ai repensé à cette « femme ». Je me tordais de douleur, sentant les contractions de plus en plus rapprochées et sentant qu’elle allait arriver. La Mini me regardait intriguée et inquiète. Je lui ai alors dit très calmement : » Ca va ma grande, rendors-toi. », avant d’ordonner à l’Homme d’aller chercher la sage-femme immédiatement:

« Qu’est-ce qu’elle fout ? Punaise (je reste toujours polie en toutes circonstances), j’ai super mal là. Je veux qu’on me pose la péridurale!

_ attends elle va arriver, tu as appuyé sur la sonnette.

_ va la chercher.

_ serre les dents comme cette femme qu’on a vu à la télé.

_ tais-toi et va la chercher !

L’Homme s’est enfin exécuté.

Une heure plus tard, la Puce était dans mes bras.

3 Commentaires

Classé dans Ma vie de Maman, Sans catégorie parce qu'on ne peut pas tout mettre dans des cases, Un peu de culture