Archives mensuelles : juillet 2012

Me voilà entrée dans une nouvelle ère!

Je ne pourrai plus écrire sur mon blog que je suis une ringarde, l’Homme m’a offert pour mon anniversaire une tablette. Je vais vous surprendrendre mais là où toutes personnes normalement constituées auraient sauté au plafond, cela m’a d’abord contrarié! D’abord parce que ça coûte assez cher, ensuite parce qu’on a déjà un ordinateur portable et puis parce que tous ces gens avec leur tablette, je trouve ça un peu inutile. La bonne feuille de papier, il n’y a que ça de vrai ! L’Homme m’a avancé l’argument que cela me permettrait de m’aléger lorsque je voyage, mais aussi que maintenant je ne peux plus avoir d’excuses pour ne pas écrire mon blog. Oui parce qu’il faut bien que je l’avoue au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, je suis un peu absente de la blogosphère ces derniers temps et je n’alimente plus trop le blog, pourtant j’ai plein de choses à raconter, dire commenter … Je profite juste de mes vacances, car dans un mois, je reprends le travail. Je le soupçonne de s’être fait plaisir à travers moi, cela fait un moment qu’il lorgnait sur les tablettes. Même si c’est dificille à croire, j’aime bien ma grosse tour et surtout mon stylo bic et mon cahier pour écrire! Je tatonne donc et essaie d’aprivoiser la tablette et ses nombreuses fonctions, et son clavier super étroit. Je ne suis pas si ringarde que ça, je tape sans regarder le clavier et avec mes dix doigts mais étant habituée à des claviers plus grands, je fais des fautes de tape, ne maîtrise pas bien la souris et ça m’énerve. Mais ça va venir. L’Homme m’a fait un beau cadeau et je suis sûre que dans quelques mois, je me demanderai comment j’ai pu vivre sans.

Poster un commentaire

Classé dans Sans catégorie parce qu'on ne peut pas tout mettre dans des cases

Quand l’Homme se prend pour le stroumpf macho …

Moi: T’as pas l’impression qu’un bermuda turquoise avec un polo turquoise, ça fait un peu stroumpf?

L‘Homme: pourquoi tu m’as acheté un bermuda turquoise alors ?

_ Pour le mettre avec ton polo bleu marine, ta chemise Serges Blanco ou ta Lacoste ! 

L’Homme marmonne dans sa barbe.

Si tu n’es pas content, tu n’as qu’à aller faire les magasins. 

_ Je n’aime pas faire du shopping.

L’Homme s’en va et revient avec une chemisette blanche en lin. Je ne dis rien.

_ Je suis partie en te laissant la maison propre et rangée, je reviens et c’est Beyrouth ! Tu exagères. Tu n’as même pas désétendu le linge qui sèche depuis lundi. On est dimanche.

_ Au moins t’es sûre qu’il est sec ..

_ Et inrepassable.

_ C’est pour que tu ne t’ennuies pas à ton retour. Je pense à toi. 

_ Me laisser du ménage et du rangement, ce n’est pas penser à moi. Je ne m’ennuie pas à la maison, j’ai mon blog, mon roman à corriger et la Mini. 

_ T’es jamais contente ! T’es bien une femme. 

_ …

L’Homme s’installe sur le canapé et allume la télé.

_ Bon Femme, va me chercher une bière et préparer ma pitance. 

_ Mais bien sûr, tu lèves tes fesses et tu vas te chercher ta bière. De toutes façons, on n’a pas de bière.

_ Comment ça, on n’a pas de bière, tu faillis à ton devoir. 

_ Non mais ça ne va pas bien toi, le soleil t’as trop tapé sur la tête. Met un chapeau. On n’est plus dans les années 60. 

_ T’es chiante.

L’Homme aime bien faire du 15 ème degré mais, je le soupçonne d’essayer au cas où ça fonctionnerait …

Poster un commentaire

Classé dans Ma vie de Maman

Société de consommation quand tu nous tiens …

Lors de mon article sur les soldes, j’avais dit que je ne les ferai pas mais, j’ai craqué au Comptoir Des Cotonniers ! D’abord j’ai profité d’être chez mes parents pour refiler la Mini à mon père une matinée et, pouvoir aller faire un tours dans les magasins avec ma mère. Parce que faire les magasins avec la Mini c’est comment dire, assez physique, nerveusement épuisant et presque mission impossible. J’avais besoin d’un manteau de demi-saison, et je me suis dit autant profiter des soldes plutôt que d’attendre septembre et payer le prix fort. C’était donc une dépense très réfléchie…

Je me rends donc dans la ville la plus proche de chez mes parents qui ne contient pas un grand choix de magasins, mais le temps nous était compté, nous avions dit à mon père que nous rentrerions pour le repas de midi, car il semblait très contrarié de notre escapade, je pense qu’il râlait de ne pas pouvoir venir avec nous. En discutant avec ma mère, je me rends compte qu’une petite robe, me serait bien utile. Nous faisons plusieurs magasins, mais le choix des tailles est très restreint, malgré des prix très attractifs. Puis nous entrons chez Comptoir Des Cotonniers, tout était à moins 50%. J’aime beaucoup la collection printemps-été, j’espère y trouver la robe rose bubble que j’avais auparavant repéré en bleu klein, avant de la découvrir en rose. Après l’avoir râté sur la web boutique, j’espérais la trouver en boutique. Je l’attendais aux soldes de deuxième démarque. Je la vois le premier soir de la seconde démarque à 44 euros, la mets dans mon panier, puis au moment de payer, j’annule ma commande. J’en rêve la nuit et le lendemain en parle à l’Homme lorsqu’il rentre du travail, qui me dit « Mais pourquoi tu ne l’as pas prise! » Je retourne à mon ordinateur sans culpabiliser mais elle n’est plus disponible. En l’espace de quelques heures,même pas 24h, je l’avais raté. Je ne suis pas assez rapide et décidée pour faire les soldes par internet. Pas grave, elle sera sûrement en boutique mais, point de robe dans la boutique. Je me résigne, cette robe n’était donc pas pour moi. j’ai un côté fataliste. Je fais un tours dans la boutique et repère cependant plein d’autres modèles dans ma taille. Au passage, je vois ma jupe achetée au mois de mai, au prix fort, disponible dans ma taille à moins 50%, ma mère me dit que c’est ralant, mais que si j’avais attendu, je ne l’aurai pas trouvée pendant les soldes. Je reste de marbre. Depuis que je l’ai, je n’arrête pas de la mettre. Je l’aime beaucoup, je n’aurai pas voulu la louper.

J’hésite entre un trench bleu marine et un manteau rouge et fini par craquer sur le manteau rouge, qui change un peu, je porte un trench turquoise depuis 10 ans, sans compter le rouge que je piquais à ma mère avant de m’acheter mon turquoise ! J’essaie quelques robes, et mon choix se porte sur la robe en lin à col claudine et la robe corail à imprimé palmier. Je ne veux qu’en prendre une. Je veux rester raisonnable mais, la corail me flatte vraiment le teint et ma mère me trouve vraiment super bien dans celle en lin. Cruel dilemme ! Je décide de prendre le manteau, j’en ai besoin. Ma mère essaie de me convaincre en me disant qu’elle m’en offre une, puis regarde les prix et me dit  » Pour le prix d’une tu en as deux, prends les deux ! Sinon je t’en paye une, car les deux te vont vraiment bien !  » Je me laisse tenter et prend les deux. A la caisse ma mère m’offre finalement le manteau ( le plus cher, youpi !).

Comme je ne pense pas qu’à moi, j’ai aussi acheté un bermuda bleu turquoise à l’Homme, chez Jules.

Une petite photo de mes achats :

Les magasins avec sa maman, c’est bien à tout âge 🙂 *

*sauf à l’âge de la Mini !

Poster un commentaire

Classé dans Ma vie de Maman, Mode

C’était presque parfait …

Me voilà de retour ! La semaine dernière, je suis partie avec la Mini chez mes parents, l’histoire de changer d’air et de ne pas suffoquer dans mon appartement. Chez ma Maman, j’en profite toujours pour lui piquer un peu de maquillage et surtout du vernis  ! J’ai donc essayer le vernis Dior rose flamboyant (677).

Il a une jolie couleur rose-rouge qui est très proche du vernis lucky de la même marque, en comparant avec mon rouge à lèvres c’était quasiment la même couleur. J’ai donc mis une couche de base puis une couche de vernis Dior. Avec deux couches, je le trouve moins intéressant, car plus rouge. Et miracle, il a tenu sans éclat 3 jours. J’étais conquise, prête à remettre le prix dans des vernis à ongles. Seulement quand je suis rentrée chez moi, mon quotidien m’a fait déchanter… Une vaisselle et un nettoyage de salle de bain et s’en était fini de ma jolie manucure.

1 commentaire

Classé dans Beauté, J'ai testé ...

Le faste de l’armée française et le côté miteux des universités.

Samedi soir, je me suis donc rendue au baptème de promotions de Frérot et de ma belle-soeur, tous deux élèves officiers dans l’armée de l’air. La cérémonie était superbe, vidéo-projections, très bien orchestrée, nous  avons même eu droit à la patrouille de France. L’armée nous en a mis plein la vue. Des élus locaux, des délégations étrangères (généraux), monsieur le Préfet et même Monsieur le Ministre de la défense étaient présents. Tout le monde était sur son trente et un. J’avais ma jolie robe longue avec finalement une jolie coiffure de déesse antique: demi-queue en chignon piqué de perles blanches et longue tresse irrégulière portée sur le côté, un beau maquillage dans les bruns doré et mauve doré pour les yeux, rose déshabillée de dior sur les lèvres et une poudre illuminatrice doré Chanel. Et j’ai oublié de faire une photo ! J’étais tout à fait dans le dresscode. Pratiquement toutes les femmes étaient en robe longue et heureusement aucune n’avait la même que moi ! Les hommes arboraient des costumes ou bien des smockings, et les militaires étaient en costume d’apparat. Pour le bal, un orchestre, avec chanteur, chanteuses et danseuses, jouaient de la musique. Tout ce beau monde buvait du champagne. Pour l’entrée dans le bâtiment, nous avions droit à la haie d’honneur .

C’est là qu’avec ma mère nous nous sommes exclamées : »Eh bien, ce n’est pas l’université ! » Car quand tu rentres à l’université, ce n’est pas le ministre de la recherche qui t’accueille mais un vieux prof post soixante -huitard en costume de velours élimé vintage ( le même depuis 30 ans). Comme encouragement, il te dit qu’un sur trois seulement aurait son année, qu’un sur deux quittera l’université sans diplôme, quand tu calcules, ça ne fait pas beaucoup de chances de réussites,  et que si tu arrives à tout valider et à avoir ces sacraux saints diplômes, ce n’est même pas sûr que tu trouves un travail dans tes compétences. Ensuite on te donne une tonne de livres à lire, un emploi du temps pourri pas adapté avec des cours qui se chevauchent, une bibliographie impossible à lire tellement elle est dense, et le premier jour où tu te pointes au TD, le prof est ravi qu’il y ait des absents,  » Ansi pourra-t-on mieux travailler ! ». Ta promo n’a pas de nom, d’ailleurs personne ne se rappellera de ton passage.

Lorsque tu obtiens tes diplômes universitaires, au prix d’un travail acharné et d’un moral de fer, tu te rends en jean dans un petit bureau obscur, genre le G 234 B. Déjà tu as du mal à le trouver, arrivée devant le bureau, tu apprends qu’il n’est ouvert que de 9h à 11h30 le mardi et le jeudi et le lundi de 14h à 16h30. Bien sûr toi, tu y es allé un mercredi après-midi. Le lendemain, tu te re-rends dans ce bureau miteux, une secrétaire t’accueille, te demande ton nom et ta discipline, puis te demande de signer un papier, si tu as de la chance, elle te dit « Félicitations! » mais tu as plus de chances qu’elle te calcule à peine et continue de discuter avec sa collègue de bureau. Ensuite tu rentres chez toi, tu ne le fêteras même pas avec tes parents, car généralement ton diplôme, tu l’obtiens un an après tes résultats, donc tu as déjà fêté ta réussite avec tes amis à la bière, et avec tes parents au champagne.

Point de ministre, point d’élus, point de bal, point de cérémonie, point de parrain de promotion, point de beau monde, mais de super souvenirs, de super rencontres, tu apprends vraiment beaucoup de choses, et surtout à avoir un esprit critique très développé.

Poster un commentaire

Classé dans Ma vie de Maman, Sans catégorie parce qu'on ne peut pas tout mettre dans des cases

J’ai testé et approuvé …

Le soin miracle perfecteur peaux mixtes et grasses de Garnier.

Soin Miracle Perfecteur peaux mixtes et grasses Garnier

Il y a quelques temps de cela, j’expliquais ma routine belle peau et vanté le soin miracle perfecteur de Garnier. Je me demandais aussi ce qu’il donnerait avec des températures plus chaudes et avais peur qu’il soit trop riche. C’est exactement le cas. Je suis donc repassée à ma crème teintée Bobby Brown formule non grasse, mais je n’étais pas entièrement satisfaite du résultat, bien que la couleur soit son gros point fort, car je brillais. Or je déteste briller. Je m’étais donc mise en quête d’un soin matifiant pour mettre en dessous et d’une poudre matifiante pour mettre dessus. Seulement l’été, accumuler les produits étouffe ma peau. N’ayant enfin plus aucun problème de boutons ou de pores dilatés, les joies de la trentaine, après une lutte acharnée contre une peau mixte pendant ma vingtaine, j’avais une pointe d’angoisse à l’idée de me retrouver avec quelques indésirables sur le visage et des pores dilatés. Et depuis que j’ai la trentaine, on ne me donne en échantillon plus que des crèmes anti-âge, bien qu’on continue à systématiquement m’appeler « Mademoiselle » …

En allant faire mes courses alimentaires, je suis tombée sur cette crème et pour 10 Euros, je me suis laissée tenter. J’ai pris la teinte médium, étant déjà bronzée, je me suis dit que cela devait correspondre. Arrivée à la maison, je ne peux résister et essaye ce nouveau produit. Je me démaquille soigneusement et étale ensuite cette crème sur mon visage. La couleur est parfaite, elle se fond bien à ma carnation sans démarcation. Cela fait maintenant trois semaines que je l’utilise et, ma peau est toujours parfaite. Ma mère croyait que je mettais du fond de teint et de la poudre pour avoir un teint aussi unifié et aussi mat malgré la chaleur. Elle tient bien toute la journée, hydrate bien, aucun problème de sécheresse ou de peau déshydratée mais je compense le soir avec le serum anti-soif de Clarins. Elle sublime la peau mais n’a pas le côté glowy de la version toutes peaux. Tant mieux, je peux jouer avec des poudres illuminatrices, blush ou poudre de soleil irisé sans risquer de briller sur la zone médiane. La texture est très liquide et donc légère, ce qui est bien agréable. Seul petit bémol, le tube n’est pas très pratique, il faut le conserver tête en haut pour que le produit ne coule pas, un flacon pompe aurait été mieux. Il faut aussi assez vite l’étaler et avoir la main légère. Mais dans tous les cas, il faut toujours avoir la main légère avec le maquillage et en remettre si besoin, car ce n’est jamais facile d’en enlever. La couvrance est parfaite, elle camoufle ce qu’il faut, unifie bien, mais laisse le grain de peau légèrement apparent. Cette crème est vraiment parfaite pour un maquillage d’été de tous les jours et, à ce prix …

Je l’ai également testé à la plage et elle résiste bien aux baignades et au soleil. Le SPF 20 est bienvenue en ville pour protéger sa peau des méfaits du soleil l’air de rien. Pour un ensoleillement extrême, il faudra rajouter un écran plus fort, comme l’Ecran multi-protection de Clarins.UV Plus HP Ecran Multi-Protection SPF 40 qui est léger, et s’applique après le soin de jour. Il veloute la peau et laisse le teint mat. Je l’ai découvert à la fin de ma grossesse, il y a 4 ans et depuis, je ne le quitte plus dès que je dois m’exposer au soleil.

Poster un commentaire

Classé dans Beauté, J'ai testé ...

Du 2 juillet au 23 septembre, visiter Arles autrement …

Avec un tel speudo, je ne pouvais pas ne pas parler des rencontres d’Arles de la photographie.

Les rencontres d’Arles sont un évènement majeur dans le monde de la photographie. D’abord parce qu’Arles possède la seule école nationale supérieure de la photographie de France et puis, parce que vous pouvez y admirer 50 expositions de photos de plus d’une centaine de grands et moins grands photographes. Le festival fut fondé par un enfant du pays, Lucien Clergue mais aussi par l’écrivain Michel Tournier et l’historien Jean-Maurice Rouquette. L’an dernier il a accueilli plus de 84 000 visiteurs ! Le festival a pour habitude d’investir les lieux patrimoniaux de la ville ,  alors si vous voulez découvrir Arles autrement, allez doublement vous cultivez à Arles cet été. Pour plus de détails sur ce qui vous attend :

  • Musée Réattu, Christian Milovanoff

  • Eglise de frères prêcheurs, Amos Gitai

  • Palais de Luppé, SFR jeunes talents

  • Galeria Arena, Michel Toulemonde

  • Salle Henri Comte, Alexandra Catière

  • Eglise des Trinitaires, Grégoire Alexandre

  • Hôtel d’Arlatan, olympus exposition

  • Espace Van Gogh, rez de chaussée Documents pour une information alternative, centre national des arts, 1er étage Manequin, le corps de la mode, Galleria, musée de la Mode de la ville de Paris. Allez les filles passionnées par la mode, ne râtez surtout pas cette expo. Plus de renseignements ici : http://www.rencontres-arles.com/A11/C.aspx?VP3=CMS3&VF=ARL_709_VForm&FRM=Frame:ARL_794#/CMS3&VF=ARL_709_VForm&FRM=Frame:ARL_827

  • Cloître Saint Trophime, les affiches Alinari et la syntaxe du monde ( hommage à Italo Calvino)

  • Palais de l’archevéché, collection Jan Mulder

  • Eglise Saint Blaise, Sylvie Ballhause

  • Couvent Saint césaire, contrejour, une affirmation française, Claude Nori

  • Musée départemental Arles antique, Brigitte Bauer et un laboratoire des premières fois, les collections de la société française de photographie

  • Parc des Ateliers : De très nombreuses expositions aux Bâtiments de la formation:  (des clics et des classes, objectif photo: le paris des enfants, et regard sur les 20 ans de l’AFEV), mais aussi à l’atelier des Forges,

à l’Atelier de la Mécanique, à la grande Halle et au Magasin Electrique. Plus de détails ici :

http://www.rencontres-arles.com/A11/C.aspxVP3=CMS3&VF=ARL_100_VForm&FRM=Frame:ARL_118#/CMS3&VF=ARL_100_VForm&FRM=Frame:ARL_501

Pour plus de festivités, depuis huit ans, le festival investit aussi les rues d’Arles, les premiers soirs de la semaine d’ouverture, avec des projections des différents acteurs de la presse, magzines, agences et collectifs de photographes sur quatorze écrans répartis dans toutes la ville.

Alors si vous avez décidé de partir en vacances en Provence faites un petit tours par Arles, pour une fois qu’il s’y passe quelque chose de vraiment intéressant, en plus ce n’est pas loin de la mer et de la plage 😉

Poster un commentaire

Classé dans Sans catégorie parce qu'on ne peut pas tout mettre dans des cases, Un peu de culture, Voyages